Selon Saleh Muslim, l'opération

Selon Saleh Muslim, membre du conseil exécutif du PYD, l’opération « Kobanê » contre le HDP s’inscrit dans la continuité des attaques antikurdes menées par le régime turc depuis la victoire de Kobanê, une victoire que la Turquie n’a jamais « digérée ».

Membre de la commission des relations diplomatiques du Parti de l’Union Démocratique (PYD), Saleh Muslim a confié à l’agence de presse kurde Hawar (ANHA) ses observations concernant l’opération politique menée par les autorités turques contre les cadres et militants du Parti démocratique des Peuples (HDP), vendredi 25 septembre.

« Aujourd’hui, a dit M. Muslim, les gangs mafieux sont au pouvoir en Turquie, tandis que le HDP est le moteur de la lutte pour la démocratie. C’est pourquoi, les autorités ne cessent de prendre ce parti pour cible à chaque occasion. »

Estimant que le régime turc cherche à détruire le peuple kurde et la démocratie, Saleh Muslum a déclaré ceci : « De nombreux parlementaires du HDP sont déjà en prison sans procès. L’État turc continue à mettre en œuvre son plan d’extermination contre le peuple kurde. Meurtres et occupation, arrestations, tortures, incendies et destructions de villages, attaques systématiques au Sud-Kurdistan et au Rojava… L’État turc n’hésite pas à attaquer à n’importe quel moment et partout où l’occasion se présente.

 Muslim a noté que la résistance de Kobanê était devenue un dilemme pour l’occupant turc : « Cette affaire, a-t-il souligné, confirme l’ampleur de l’impact de la victoire de Kobanê sur la Turquie. La résistance de Kobanê a abouti à la défaite des mercenaires de Daesh. Ce que Daesh n’a pas pu réaliser, l’État turc cherche à l’achever. Il cherche maintenant à frapper les personnes qui ont manifesté leur soutien à la résistance. Cette campagne d’anéantissement politique indique la nature de la relation entre l’État turc et Daesh. »

Évoquant le soutien mondial à la résistance de Kobanê, Muslim a déclaré : « Pendant la Résistance, nous avons appelé les peuples du monde à élever leur voix contre ces attaques brutales, et le 1er novembre a été déclaré journée de la Résistance de Kobanê. Pendant cette période, nous avons également signalé que, même si Daesh était éliminé, ceux qui le soutiennent représentaient un grand danger et devaient également être combattus, faute de quoi Daesh reprendrait vie. C’est ce que nous voyons sur le terrain aujourd’hui. Tant que les forces qui soutiennent Daesh, l’utilisent et le financent ne sont pas combattues, la menace de Daesh ne disparaîtra pas du monde. C’est pourquoi, nous appelons le monde à travailler pour lutter contre les forces qui soutiennent Daesh, la première étant l’État turc. »

LES ATTAQUES POURRAIENT ALIMENTER UNE GUERRE CIVILE

Muslim a estimé que la poursuite de ces attaques conduirait à l’effondrement de l’État turc : « Ces attaques lancées par l’État turc pourraient alimenter une guerre civile. La tentative d’extermination du peuple kurde conduira à l’effondrement de l’État turc, qui se trouve dans une phase difficile, embourbé dans le conflit libyen et la crise de la Méditerranée orientale. Aujourd’hui, il a atteint un stade où il pense qu’il peut sortir de cette crise en exterminant le peuple kurde. C’est une étape dangereuse, le peuple kurde doit être vigilant à ce sujet et travailler à protéger ses acquis. Si la Turquie réussit dans ses plans, cela signifie l’élimination du peuple kurde et de la démocratie au Moyen-Orient. »

Laisser un commentaire