Le peuple kurde est opposé à l'invasion turque et ne veut pas de guerre inter-kurde, a dit l’intellectuel Faiq Gulpi
L'universitaire kurde Faiq Gulpi alerte sur les dangers d'une guerre inter-kurde

Le peuple kurde est opposé à l’invasion turque et ne veut pas de guerre inter-kurde, a dit l’intellectuel Faiq Gulpi, avertissant qu’une guerre fratricide ne profiterait qu’aux ennemis des Kurdes.

Dans un entretien avec l’agence de presse Firat News (ANF) sur l’opération d’invasion menée par la Turquie au Sud-Kurdistan (Nord de l’Irak) et sur l’attitude du Parti démocratique du Kurdistan (PDK), l’universitaire kurde Faiq Gulpi a déclaré : « J’espère que le PDK [Parti démocratique du Kurdistan, dirigé par le clan Barzani] mettra fin à son attitude hostile envers le PKK [Parti des Travailleurs du Kurdistan] et je souhaite qu’il se tienne aux côtés du peuple kurde. Les intellectuels, les politiciens, les artistes et les patriotes kurdes sont contre l’invasion de l’État turc et une guerre fratricide. »

Gulpi a ajouté : « Une guerre inter-kurde ne signifierait rien d’autre que la mort d’enfants kurdes. Les ennemis des kurdes profiteront d’une telle guerre. Tous les partis kurdes devraient s’opposer à une guerre fratricide. Le PDK, l’UPK [Union patriotique du Kurdistan] et le PKK devraient être particulièrement sensibles à cette question. Ce qui est maintenant évident, c’est que le PDK coopère avec l’État turc sur les plans économique, politique et militaire. En aidant l’État turc, le PDK vise à empêcher la révolution du Nord-Kurdistan et à liquider le PKK. Cette attitude du PDK est une grande erreur, elle nuit à l’unité nationale kurde. »

Gulpi a poursuivi : « Le PDK est une force importante au Sud-Kurdistan et en Irak, il doit donc protéger les intérêts nationaux du Kurdistan et des Kurdes et cesser de servir les politiques de l’État turc. »

Selon M. Gulpi, « le PDK vise à inciter toutes les forces du Sud-Kurdistan et de l’Irak à combattre le PKK. La position de l’UPK, qui annonce ne pas s’impliquer dans une guerre fratricide, est la bonne.

J’espère que le PDK mettra fin à son attitude hostile et se tiendra auprès du peuple kurde, des intellectuels, des politiciens, des artistes et des patriotes kurdes qui s’opposent à l’invasion de l’État turc et à une guerre fratricide. »

Gulpi a déclaré que « l’Etat turc montrait son hostilité envers les Kurdes du Rojava, du Nord [Turquie], du Sud [Irak], et du Kurdistan oriental [Iran]. Nous devons bien comprendre cela ; l’Etat turc n’est pas seulement l’ennemi du PKK.

Récemment, les États-Unis ont reconnu le génocide arménien et annoncé au monde entier que ce que l’État turc a fait était un génocide. Le jour où les États-Unis ont fait cette déclaration, l’État turc a lancé une nouvelle attaque pour occuper le Sud-Kurdistan.

L’Irak, comme de nombreux autres États et militants étrangers, ainsi que le peuple kurde, s’opposent à la politique de génocide menée par l’État turc à l’encontre des Kurdes. Seul le PDK ne s’oppose pas au massacre des Kurdes par l’État turc. Le PDK devrait cesser de coopérer avec la Turquie. »

2 Commentaires

  1. […] Les protestations contre la campagne d’invasion menée par la Turquie au Sud-Kurdistan (nord de l’Irak) se poursuivent. Jeudi 17 juin, une marche a eu lieu à Sulaymaniyah, deuxième plus grande ville de la région après Hewlêr (Erbil), à l’initiative d’une dizaine d’organisations de la société civile ainsi que d’artistes. Exigeant la fin de l’occupation turque au Sud-Kurdistan, les manifestants ont par ailleurs appelé les différents partis kurdes à éviter un conflit inter-kurde. […]

Laisser un commentaire