Lors d’une perquisition vendredi un mineur de 17 ans a été violenté, menacé puis arrêté et un enfant de 5 ans a été interrogé par la police à Amed (Diyarbakir).

Le jeune homme a été mis dans une pièce de sa maison, brutalement harcelé et menacé. Arrêté pour avoir prétendument dessiné des graffitis et a été emmené au poste de police pour mineurs.

Ils ont battu mon fils et mon mari

La mère du jeune garçon, Necla Çelik, a déclaré à l’agence de presse Mezopotamya (MA) que la police avait fait une descente dans la maison la nuit. « Ils ont enfermé mon fils dans le salon et nous dans la cuisine. Nous l’avons entendu crier parce qu’ils l’ont frappé. Son père a voulu le protéger, mais ils l’ont aussi battu. Ils sont entrés avec leurs chaussures boueuses. Ils ont rassemblé tous les livres et ont prétendu qu’ils étaient interdits. J’ai affirmé qu’ils n’étaient pas interdits et ils ont listé les noms de tous les livres, y compris le Hinker (grammaire) en kurde. »

Menaces de mort

Necla Celik a également déclaré : « Ils ont constamment menacé mon fils, en disant ‘tu verras ce qui va se passer au poste de police’ et ‘tu seras victime d’une balle’. Ils ont demandé à mon fils de 5 ans : ‘As-tu une arme à feu dans ta maison ? Est-ce que tu nous aimes ? Le policier lui a montré son pistolet. Trop c’est trop, nous n’acceptons pas cette torture. »

Laisser un commentaire