Dans de nombreuses villes de Turquie, des femmes sont descendues dans la rue pour demander où se trouvait Gülistan Doku. Née à Amed (Diyarbakir), l'étudiante de 22 ans a disparu sans laisser de trace à Dersim (Tunceli) il y a un an. A l'occasion de l'anniversaire de sa disparition, des collectifs réclamant « Justice pour Gülistan Doku » ont été créées dans tout le pays. L'enquête policière est toujours formellement en cours, mais cela ne suffit pas pour la famille et les organisations de femmes.
Gülistan Doku

Dans de nombreuses villes de Turquie, des femmes sont descendues dans la rue pour demander où se trouvait Gülistan Doku. Née à Amed (Diyarbakir), l’étudiante de 22 ans a disparu sans laisser de trace à Dersim (Tunceli) il y a un an. A l’occasion de l’anniversaire de sa disparition, des collectifs réclamant « Justice pour Gülistan Doku » ont été créées dans tout le pays. L’enquête policière est toujours formellement en cours, mais cela ne suffit pas pour la famille et les organisations de femmes.

Immédiatement après la disparition de Gülistan Doku, la famille craignait qu’elle n’ait été victime d’un crime violent. Un jour plus tôt, son ex-petit ami Zainal Abakarov avait tenté de force de traîner la jeune femme dans sa voiture. Doku a résisté et les passants qui avaient été témoins de l’incident ont informé la police. Cependant, la police a exclu l’homme, dont le beau-père – maintenant suspendu – était un policier à Dersim, comme suspect. Malgré que presque tous les quartiers de Dersim sont sous surveillance vidéo, les autorités n’ont pas pu élucider l’affaire. La police met en avant l’hypothèse d’un suicide.

La lutte des proches pour clarifier le sort de l’étudiante de l’université de Munzur a été systématiquement criminalisée par les autorités turques au cours de l’année écoulée. Des veilles et des manifestations pour la reprise de la recherche de Gülistan Doku et pour l’arrestation d’Abakarov ont été violemment interrompues par la police à plusieurs reprises. En outre, la mère et la sœur de la femme disparue ont été temporairement arrêté à plusieurs reprises. 

Par ailleurs, une affaire est en cours contre l’avocat de la famille Ali Çimen pour violation présumée du secret des enquêtes. L’avocat est accusé d’avoir divulgué les résultats d’enquêtes qui devaient rester confidentielles.

Lors d’une manifestation à Dersim mardi, la mère de Gülistan Doku a déclaré que sa douleur, qui dure depuis un an, ne peut être décrite avec des mots. Se référant aux études de sa fille à l’Université, Bedriye Doku a déclaré: « Gülistan a dit dans de courts messages qu’elle avait peur. De quoi avait-elle peur? Qu’avez-vous fait à ma Gülistan, que lui est-il arrivé, où a-t-elle été enterrée? Je suis la mère de Gülistan, mon cœur est déchiré depuis un an. Je veux que ma fille soit retrouvée. »

Laisser un commentaire