Les Yézidis rejettent l'accord conclu entre Bagdad et le KRG concernant Shengal

Les organisations yézidies ont réagi à l’accord concernant Shengal, conclu entre le gouvernement irakien et le PDK, parti kurde au pouvoir au Sud-Kurdistan.

Dans une déclaration, plusieurs organisations yézidies, dont l’Organisation centrale des Yazidis et l’organisation des femmes, ont dénoncé un accord qui n’a « aucune légitimité » du fait que les principaux intéressés n’ont pas été inclus dans le processus décisionnel.

L’accord signé à Bagdad est le résultat de longues négociations sous la pression des États-Unis.

La déclaration des organisations Yézidies continue ainsi : « Nous voyons avec une grande consternation que le gouvernement irakien cède aux pressions du despote Erdogan en concluant des accords concernant les Yézidis, ce qui sape complètement les intérêts des Yézidis. Il est plus qu’étonnant que le gouvernement irakien prenne, avec le gouvernement régional du Kurdistan (KRG), des décisions pour la « protection des Yézidis », sans consulter les Yézidis et leurs représentants.

Le KRG a retiré ses milliers de Peshmergas de la région lors du génocide perpétré à Shengal le 3 août 2014 et livré ainsi des centaines de milliers de Yézidis à l’État islamique. Pour aggraver les choses, il a conclu un accord qui correspond pleinement aux souhaits et aux objectifs politico-géostratégiques d’Erdogan. Il s’agit d’une évolution catastrophique et totalement inacceptable pour la société yézidie. Cette stratégie, si elle est poursuivie et mise en œuvre de cette manière, ne peut qu’amplifier les migrations au sein de la population yézidie.

Toutes les décisions et les accords pris par des forces qui ont perdu leur légitimité en raison de leur contribution au génocide d’août 2014 sont illégitimes aux yeux des Yézidis.

Nous appelons en premier lieu le gouvernement irakien, mais aussi toutes les organisations internationales, telles que l’ONU, le Conseil de l’Europe, l’UE et les pays influents à user de leur influence pour préserver l’existence de la société yézidie. Notre appel s’adresse également à tous les Yézidis et à toutes les forces démocratiques pour qu’ils élèvent la voix contre ces machinations et protestent afin de préserver l’existence des Yézidis ».

La déclaration est signée par l’Organisation centrale des Yazidis (NAV-YÊK), l’organisation faîtière des femmes yézidies (SMJE), l’organisation des jeunes Yazidis (HCE), l’alliance des Yazidis de Syrie (YES) et la coordination des communautés villageoises yézidies de Turquie (KMGE).

CONTEXTE

Dans un communiqué publié samedi, le bureau du premier ministre irakien a déclaré : « Avec l’accord historique parrainé par Mustafa Al-Kadhimi, en coordination avec le gouvernement régional du Kurdistan, le gouvernement central sera responsable de la sécurité de Shengal et il sera mis fin à l’existence de groupes invités. L’accord ouvrira également la voie à la reconstruction complète du district et au retour des personnes déplacées ».

La déclaration précise en outre que l’accord aura des effets positifs au niveau local et international, rappelant que l’absence de stabilité à Shengal est due à l'”État islamique” (EI), et qu’aujourd’hui encore, les services sont insuffisants dans la région. Le premier ministre irakien, Mustafa Al-Kadhimi, a promis de faire tout son possible pour retrouver les Yézidis qui sont toujours portés disparus. « Pour une mise en œuvre réussie de l’accord, le gouvernement central coopérera avec le gouvernement régional kurde de manière coordonnée », a-t-il dit, ajoutant que l’aide de la population du Shengal est également nécessaire pour cela.

Laisser un commentaire