Qûsaî Ebaas, membre de la Commission des droits humains du Parlement irakien, a dénoncé l'utilisation par la Turquie d'armes prohibées et a condamné l'inaction de la communauté internationale..

Qûsaî Ebaas, membre de la Commission des droits humains du Parlement irakien, a dénoncé l’utilisation par la Turquie d’armes prohibées et a condamné l’inaction de la communauté internationale.

S’adressant à l’agence de presse kurde Rojnews, Qûsaî Ebaas, membre de la Commission des droits humains du Parlement irakien, a déclaré : « Les Turcs ont utilisé des armes prohibées dans le Nord de l’Irak en invoquant leur sécurité nationale. Nous avons demandé à plusieurs reprises aux autorités compétentes d’ouvrir une enquête internationale sur cette affaire, mais malheureusement, rien n’a été fait. »

M. Ebaas a qualifié l’utilisation d’armes prohibées d’action « dangereuse » et a souligné le silence des gouvernements de Bagdad et d’Erbil face aux actes et aux violations de la Turquie.

Soulignant la nécessité de transmettre au public davantage d’informations sur les crimes commis par la Turquie dans la région du Kurdistan, Ebaas a condamné le silence des administrations de Bagdad et d’Erbil face aux « actions désastreuses » de l’armée turque.

L’avocat irakien Hesen Selman s’est également adressé à Rojnews et a déclaré : « Selon les rapports internationaux et les médias mondiaux, l’Etat turc a commencé à utiliser des armes chimiques à partir du mois de mai. Le gouvernement irakien est également au courant de cette affaire. »

Selman a appelé les organisations de défense des droits humains et les autorités compétentes en Irak à procéder à un examen sur place.

2 Commentaires

Laisser un commentaire