Les gardiens de la prison de Kandira, dans la province de Kocaeli, ont procédé à des fouilles dans les cellules des politiciennes kurdes, saisissant leurs écrits, livres et matériel d’écriture.
Image d'illustration

Les gardiens de la prison de Kandira, dans la province de Kocaeli, ont procédé à des fouilles dans les cellules des politiciennes kurdes, saisissant leurs écrits, livres et matériel d’écriture.

Les cellules des politiciennes kurdes détenues à Kandıra, dans la province de Kocaeli, ont été fouillées pendant des heures. Les gardiens ont saisi tous les documents écrits trouvés à l’intérieur, ainsi que le matériel d’écriture. La perquisition est intervenue après que l’ancienne députée du Parti démocratique des Peuples (HDP), Caglar Demirel, ait annoncé qu’elle entamait une grève de la faim.

Nurhayat Altun, ancienne co-maire de la municipalité de Dersim, a déclaré, samedi dernier, lors d’un appel téléphonique à sa famille, que les cellules de nombreuses femmes politiques kurdes avaient été perquisitionnées. Parmi les personnes visées, figurent plusieurs anciennes élues et dirigeantes politiques kurdes, notamment Caglar Demirel, Figen Yüksekdag, ancienne coprésidente du HDP, Sebahat Tuncel, ancienne coprésidente du Parti démocratique des Régions (DBP), Gülten Kışanak, ancienne co-maire de la ville métropolitaine de Diyarbakır. 

Mme Altun a ajouté que les écrits – notes, lettres, mémoires de défense -, ainsi les livres et le matériel d’écriture des détenues avaient saisis. 

D’autre part, d’après Mme Altun, plusieurs politiciennes kurdes auraient demandé à être transférées dans la prison d’Imrali, où est détenu le leader kurde Abdullah Öcalan.

Les prisonniers du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et du Parti de la Liberté des Femmes du Kurdistan (PAJK) ont lancé, le 27 novembre, un mouvement de grève de la faim alterné et illimité, pour protester contre l’isolement et les violations des droits dans les prisons.

Laisser un commentaire