Les partis de gauche et socialistes de Fransce, des Pays-Bas et d'Allemagne, ont envoyé des messages de solidarité au HDP.

Les partis de gauche et socialistes de Fransce, des Pays-Bas et d’Allemagne, ont envoyé des messages de solidarité au HDP.

Le président du Parti socialiste français (PS), Olivier Faure, le président du Sénat du Parti socialiste néerlandais (SP), Tiny Kox, la présidente de la Chambre des représentants, Lilian Marijnissen, et les coprésidentes du Parti de gauche allemand (DIE LINKE), Janine Wissler et Susanne Hennig-Wellsow, ont également envoyé des messages aux coprésidents du HDP, Pervin Buldan et Mithat Sancar, concernant les attaques contre le Parti démocratiques des peuples (HDP) et sa fermeture.

Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste français (PS) a déclaré : « Au nom du Parti socialiste et en mon nom propre, permettez-moi de vous exprimer, ainsi qu’à votre parti et à tous ceux que vous représentez, notre vive inquiétude face à la détérioration continue de la situation de la démocratie et de l’État de droit en Turquie. Depuis près de six ans, nous, en France, et toute la famille socialiste et sociale-démocrate européenne, dénonçons le régime autoritaire dirigé par Erdogan, y compris sa politique consistant à associer comme de prétendus terroristes tout le peuple kurde et le peuple démocratiquement élu du HDP.

L’emprisonnement de vos anciens co-présidents M. Selahattin Demirtas et Mme Figen Yüksekdag sous des accusations sans fondement, après la levée de leurs immunités parlementaires avec 55 députés comme vous le rappelez dans votre lettre (et en plus la dernière mesure similaire contre le député Omer Faruk Gergerlioglu le 17 mars), a été le début d’une répression permanente contre le HDP. »

Lilian Marijnissen et Tiny Kox ont écrit : « Permettez-nous tout d’abord d’exprimer notre grande admiration pour votre lutte continue pour une Turquie plus démocratique et plus juste et pour tous ses citoyens. Avec vous, nous condamnons fermement les tentatives des autorités turques de lever l’immunité des parlementaires de l’opposition élue, qui vont avant tout à l’encontre des parlementaires élus du HDP. Et avec vous, nous considérons qu’il est contraire aux règles fondamentales de la démocratie que les autorités turques continuent à chercher les moyens d’une éventuelle fermeture du HDP, le troisième parti du pays. Il s’agit d’une violation claire de la volonté de l’électorat, exprimée lors des dernières élections générales.

Veuillez accepter nos meilleurs vœux pour vous et tous ceux qui luttent pour une Turquie démocratique, basée sur l’état de droit et le respect des droits et libertés fondamentaux de tous les citoyens. »

Les coprésidentes de Die Linke, Janine Wissler et Susanne Hennig-Wellsow,ont écrit : « Vous savez, en tant que Die Linke, nous avons toujours condamné l’oppression, le mépris total des droits de l’homme, des droits de la liberté et de la justice. Nous avons exigé de notre gouvernement ainsi que du Parlement européen un rejet clair de la politique autoritaire d’Erdogan, et de ses conséquences politiques. Nous avons exigé la libération de tous les prisonniers politiques, l’arrêt de toutes les exportations d’armes vers la Turquie et la fin de l’accord européen sur les réfugiés. Mais les changements dans la politique de l’UE et de l’Allemagne envers la Turquie ont été très faibles.

Nous voyons la bravoure de tous les camarades du HDP, votre force et votre endurance. Malgré l’aggravation de la situation, vous avez continué votre chemin et restez dans votre lutte. Nous, Die Linke, sommes à vos côtés en toute solidarité. Nous, en tant que nouveaux présidents, souhaitons continuer à entretenir les bonnes relations entre nos partis. »

Laisser un commentaire