Riza-Altun-KCK-Turquie-Etat-Unis-rojinfo
Riza Altun, membre du conseil exécutif de l'Union des Communautés du Kurdistan (KCK).

Selon Riza Altun, membre du Conseil exécutif de l’Union des Communautés du Kurdistan (KCK), la Turquie est confrontée à une crise très profonde. « Elle ne cesse de saigner tous les jours », dit-il. 

Riza Altun, membre du Conseil exécutif du KCK, a répondu aux questions  concernant la crise turco-américaine, ainsi que la situation en Syrie et en Iran dans le contexte des développements régionaux. 

Attirant l’attention sur la crise entre la Turquie et les Etats-Unis, Altun a souligné qu’elle était liée aux évolutions dans le Moyen-Orient et au système mondial. Par conséquent, soit la Turquie deviendra une partie fiable dans le nouveau système mondial qui en résultera (comme c’était le cas auparavant), soit elle sera confrontée à une période très critique. 

Une nouvelle crise a ébranlé les relations turco-américaines, déclenchée par la détention en Turquie du Pasteur Brunson. Mais est-ce le seul facteur ? 

Les relations Turco-américaines et la crise qui les affecte doivent être lues dans le contexte plus large de la modernité capitaliste. Nous parlons d’une crise générale de la modernité capitaliste et de ses répercussions dans la région. Nous devons considérer la crise entre la Turquie et les Etats-Unis comme faisant partie de la crise mondiale de la modernité capitaliste. De plus, il y a une crise au Moyen-Orient. 

Tous ces éléments ne peuvent pas être correctement évalués s’ils ne sont pas considérés ensemble. Il ne serait pas juste de considérer l’arrestation du prêtre Brunson ou de Hakan Atilla comme les facteurs de la crise. Elles sont en fait causées par la crise du système. 

L’origine de la crise réside dans les problèmes entre les deux parties qui se font sentir dans la politique du Moyen-Orient dans le cadre des incidents mentionnés. S’il n’y avait pas de telles contradictions dans les relations turco-américaines, les affaires Brunson et Hakan Atilla seraient facilement résolues. Mais à mesure que les contradictions s’aggravent, les plus petits problèmes se transforment en crises. 

Le capitalisme est en crise. L’Amérique n’est pas en dehors de cette crise, pas plus que la Turquie. Par conséquent, nous devons d’abord nous pencher sur le système mondial afin de résoudre cette crise. Cependant, comme ce système se réexamine lui-même, les parties du système mondial sont façonnées par rapport à lui. C’est l’état des choses. Surtout après l’effondrement de l’Union soviétique, la situation est devenue plus active. Comment la modernité capitaliste pourrait-elle se maintenir, comment et sous quelle forme se réconciliera-t-elle avec elle-même ? Ce sont les questions auxquelles il faut répondre. 

Qu’est-ce que les Etats-Unis veulent vraiment de la Turquie, quel est l’enjeu de la négociation ? 

La Turquie et les États-Unis se demandent mutuellement des choses contradictoires. Si les Etats-Unis acceptaient les exigences de la Turquie, ils seraient contraints de renoncer à leur politique au Moyen-Orient. 

Parce que la Turquie veut que les Etats-Unis maintiennent le statu quo au Moyen-Orient. La Turquie cherche à faire accepter le démantèlement du Mouvement de Libération Kurde. Cela signifie que l’Iran ne sera pas touché, que la Syrie retournera à son état antérieur et que les Kurdes qui jouent un rôle dans la transformation du Moyen-Orient au prix d’un grand sacrifice seront liquidés. Si les Etats-Unis l’acceptent, ils deviendront un outil aux mains de la Turquie, alors qu’ils représentent la principale puissance intervenant dans la région. 

D’autre part, les Etats-Unis demandent avec insistance à la Turquie de se conformer à leur politique. Cela signifie qu’il faut élaborer des politiques parallèles à celles des États-Unis à l’égard de l’Iran, de la Russie et de la Syrie. 

Bien sûr, il y a aussi cette dimension de la crise : La Turquie a développé une sorte de relation anti-occidentale et anti-américaine avec la Russie et l’Iran et utilise ces relations comme un moyen de chantage. 

C’était son but lorsqu’elle est entrée dans cette relation, mais elle a été forcée de l’approfondir davantage pour obtenir un résultat. En fin de compte, cela s’est avéré plus coûteux. Au final, la Turquie ne peut ni agir facilement et indépendamment de ses relations avec la Russie et l’Iran, ni établir un partenariat avec ses alliés, les États-Unis et l’UE. 

La Turquie est affectée d’une plaie qui saigne tous les jours. Il n’est de l’intérêt de personne, ni des États-Unis, ni de la Russie, ni de l’Iran, de soigner les blessures de la Turquie. L’État turc n’a pas l’état d’esprit, la prévoyance et la politique nécessaires pour se guérir lui-même.

Laisser un commentaire