La question du pétrole et de ses revenus connexes est l'un des nombreux mystères entourant la région du Kurdistan irakien. Il y a beaucoup de choses qui restent inconnues des habitants de la région. Berhem Letif de l’agence de presse kurde RojNews a mené des recherches approfondies pour déterminer où va l'argent du pétrole de la région du Kurdistan et, ce faisant, a découvert le lien entre l'argent du pétrole de la région et la banque turque Halk Bbank. 

La question du pétrole et de ses revenus connexes est l’un des nombreux mystères entourant la région du Kurdistan irakien. Il y a beaucoup de choses qui restent inconnues des habitants de la région. Berhem Letif de l’agence de presse kurde RojNews a mené des recherches approfondies pour déterminer où va l’argent du pétrole de la région du Kurdistan et, ce faisant, a découvert le lien entre l’argent du pétrole de la région et la banque turque Halk Bbank. 

Mais d’abord, il est important de se poser deux questions. Qu’en est-t-il des revenus pétroliers de la région du Kurdistan ? Et quelle est sa valeur monétaire ? Pour répondre à ces questions, il est important d’examiner de près le volume de pétrole vendu par la région et ses revenus. 

Le 14 octobre 2013, le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) a commencé l’exportation de pétrole indépendamment du gouvernement central irakien. Jusqu’au 1er septembre 2018, son volume d’exportation de pétrole atteignait 741.273.592 barils. 

Si nous supposons que les revenus de la région à partir de chaque baril n’étaient que de 30 dollars américains, son revenu total jusqu’en 2018 serait de 22 238 207 760 dollars. 

Selon un rapport de la société britannique Deloitte, le KRG a vendu 293 554 548 barils de pétrole de 2018 à 2019. Le chiffre d’affaires total pour ces deux années s’élève à plus de 14 milliards USD. 

Sur la base de ces chiffres, le KRG a gagné 36.590.207.760 dollars de 2013 à 2019. 

Cet argent n’inclut pas les revenus en espèces que le KRG a acquis en vendant du pétrole par divers canaux. Selon un rapport publié en 2015 par le Financial Times, la région a vendu des centaines de millions de barils de pétrole depuis mai 2014 via des canaux non officiels sur les réseaux commerciaux. Parmi les membres de ce réseau se trouve une personne du nom de Murtaza Lakhani, un courtier pakistanais, qui gère la logistique du pétrole de la région pour le ministère des Ressources Naturelles du KRG depuis 2014. 

Selon le rapport, Lakhani reçoit un salaire mensuel d’un million de dollars du Ministère des Ressources Naturelles, en plus des revenus qu’il tire du pétrole de la région. Environ 60% des revenus pétroliers de la région vont aux entreprises. 

Sarkawt Shamsaddin, député kurde au parlement irakien et membre de la commission des finances du parlement, a souligné que 60% des revenus pétroliers de la région du Kurdistan sont consacrés à l’extraction et au transport du pétrole, tandis que le gouvernement irakien ne dépense que 20% sur le processus d’extraction. 

Les revenus pétroliers de la région du Kurdistan s’élevaient à 8 438 601 000 dollars en 2019. Sur ce montant, 4 515 421 000 dollars revenaient au gouvernement, et le reste allait aux dettes des entreprises turques. 

Selon l’accord de 50 ans entre la Turquie et la région du Kurdistan, la gestion des oléoducs, les ventes de gaz, le commerce du pétrole, le mécanisme de commerce avec les revenus pétroliers et la gestion des puits de pétrole seraient assurés par les entreprises énergétiques turques. 

Selon le même accord, la société énergétique turque (TEC) travaillerait avec la société américaine ExxonMobil dans 13 champs pétrolifères de la région du Kurdistan. Elle détiendrait également la majorité des actions de sept puits de pétrole de la région. Ces champs sont Palkane, Khurmala Handiren, Choman, Khalakan, Arbat et Jabal Qand. 

Selon un rapport publié par Deloitte, la Turquie a tiré un milliard des revenus des ventes de pétrole de la région du Kurdistan en 2019, recevant de l’argent de la région de deux manières. Comme indiqué dans le rapport, la compagnie pétrolière turque reçoit 3,17 dollars de droits de douane pour l’expédition de chaque baril. L’argent qu’elle a reçu au titre des droits de douane en 2019 s’élève à 494.186.315 dollars. 

En 2019, le KRG a alloué 610.362.000 dollars pour ses dettes envers la compagnie pétrolière turque et la compagnie pétrolière internationale turque. En d’autres termes, pour chaque baril de pétrole exporté de la région, 3,85 dollars ont été versés à ces deux sociétés. 

Cela signifie que le gouvernement turc a gagné 1104 millions de dollars des revenus pétroliers de la région du Kurdistan rien qu’en 2019. 

Recettes cachées -provenant du pétrole de la région du Kurdistan- en Turquie 

Au début de l’annonce de l’indépendance de l’économie, le KRG a déclaré qu’il transférerait les revenus de la vente du pétrole de la région à Halk Bank de Turquie. Mais le président turc, lors d’une réunion avec l’ancien Premier ministre irakien Haider Al-Abadi, a révélé quelque chose de plus secret sur les revenus pétroliers de la région. 

Sarkawt Shamsaddin a déclaré: « En 2018, nous sommes allés à Haider Al-Abadi et il nous a parlé de sa rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan et a dit: ‘J’ai dit à Erdogan que je savais que l’argent pétrolier de la région [du Kurdistan] était détenu dans Halk Bank. Erdogan a dit non, seuls les salaires des employés du gouvernement sont détenus à Halk Bank. Je peux vous donner les noms de cinq ou six autres banques qui contiennent l’argent pétrolier de la région et cet argent est l’argent privé des fonctionnaires de la région ». 

Il manque 13 milliards de dollars

Auparavant, RojNews avait longuement rapporté les revenus que le KRG avait reçus pendant le huitième cabinet (du KRG). Selon ce rapport, le gouvernement régional a gagné 45 806 404 760 dollars de 2014 à 2018 grâce aux ventes de pétrole, aux revenus intérieurs, aux aides des forces alliées et à l’argent des oléoducs. 

De ce montant, 29 707 500 000 dollars ont été remis à des employés du gouvernement. En outre, 2 706 000 025 dollars ont été affectés aux dépenses des ministères de l’administration régionale. Cela est dû au fait que les ministères ont besoin de 65 milliards de dinars irakiens [près de 55 millions USD] par mois. 

Comme la région du Kurdistan vend son pétrole de diverses manières depuis 2014, il manque 13 392 292 760 dollars sur le montant mentionné ci-dessus. Cela arrive à un moment où les responsables de la région disent que la région a une dette de 28 milliards de dollars. 

Qu’est-il arrivé aux revenus de la région, en particulier à ceux du pétrole de la région? Pourquoi la région du Kurdistan est-elle toujours endettée malgré l’augmentation des revenus ? 

Le député de la région du Kurdistan, le Dr Sherko Jawdat, s’est entretenu avec RojNews sur ces problèmes et a déclaré: « Ces revenus vont à la corruption, aux 802 entreprises locales qui opèrent dans le secteur pétrolier et gazier dans la région du Kurdistan. Ces revenus vont à ceux qui travaillent aux portes de la frontière et font passer des marchandises en contrebande au Kurdistan sans dédouanement, ni contrôle de qualité ». 

Laisser un commentaire