À propos de l'affaire de la dissolution du Parti démocratique des peuples (HDP), l'homme politique et avocat Cabbar Leygara a déclaré : « Bien que 25 ans se soient écoulés depuis la fermeture du HEP, les raisons invoquées pour la fermeture aujourd'hui sont les mêmes. »

À propos de l’affaire de la dissolution du Parti démocratique des peuples (HDP), l’homme politique et avocat Cabbar Leygara a déclaré : « Bien que 25 ans se soient écoulés depuis la fermeture du HEP, les raisons invoquées pour la fermeture aujourd’hui sont les mêmes. »

Le gouvernement tente de fermer le Parti démocratique des Peuples (HDP). De nombreux partis politiques kurdes ont déjà été fermés auparavant. Pourtant, ils sont revenus en politique avec chaque fois plus de votes.

L’avocat Cabbar Leygara, actif dans la politique kurde depuis de longues années, a raconté à l’agence de presse kurde ANF ses expériences passées.

Soulignant que la rhétorique des réformes n’était pas sincère et ne profiterait qu’au gouvernement, Me leygara a déclaré que les prétendues réformes ne mèneraient pas à la liberté d’expression, ni à la démocratie. Selon lui, le système judiciaire s’est politisé après la tentative du coup d’État du 15 juillet.

« La réforme judiciaire n’est pas crédible »

M. Leygara a souligné qu’il n’existait plus de système judiciaire indépendant et que les juges et les procureurs craignaient d’être emprisonnés du jour au lendemain. De plus, a-t-il relevé, des avocats qui étaient précédemment dirigeants ou administrateurs locaux de l’AKP ont été nommés juges et procureurs. « Ceux-ci ne se soucient pas des valeurs fondamentales de la démocratie », a-t-il ajouté.

« Des administrateurs sont nommés dans des partis politiques, des fondations, des associations ou des syndicats. Des journalistes et des politiciens élus sont en prison. Il est donc très difficile de croire aux discours de réforme du gouvernement. »

« La démocratie possède quatre piliers fondamentaux »

Leygara a poursuivi : « La démocratie possède quatre piliers fondamentaux : la constitution, la loi sur les partis politiques, la loi électorale et l’indépendance du pouvoir judiciaire. Lequel de ces éléments existe en Turquie ? Le HEP, DEP, ÖZDEP, HADEP, DEHAP et le DTP ont tous été dissouts. J’ai participé à la plupart de ces partis en tant que membre fondateur et exécutif et en tant qu’avocat. »

« Les considérations politiques ont été prédominantes dans la plupart des cas de fermeture. Bien que 25 ans se soient écoulés depuis la fermeture du HEP, les raisons invoquées pour la fermeture aujourd’hui sont les mêmes. Lorsqu’on parle de l’existence du peuple kurde, cela est considéré comme du “séparatisme” et des procédures de fermeture sont engagées. »

Les codes profonds de la Turquie

Selon Leygara, « les justifications et les discours avancés pour fermer les partis kurdes vont à l’encontre de la sociologie, de la géographie et de notre histoire. Les Kurdes vivent sur ces terres depuis des milliers d’années. Il y a des codes non écrits qui ont établi la République de Turquie ; la compréhension du nationalisme qui découle du mouvement des Jeunes Turcs et le déni de toutes les nations, sauf la nation turque. »

« Le HDP est réprimé parce qu’il est devenu fort »

« Le développement et le renforcement du HDP les dérangent [les autorités]. Ce sont les principales raisons de la pression exercée sur le HDP. Le HDP peut également jouer un rôle important dans le changement du pouvoir en Turquie. À ce sujet, il a un rôle clé. »

« La tradition a toujours persisté »

Leygara a noté que les bases sociales des partis kurdes fermés auparavant, comme le HEP, le DEP, l’ÖZDEP et le DTP, existent toujours. « Il n’est pas possible de les détruire. Quoi qu’ils fassent, la géographie, l’histoire et la sociologie ont leur propre dynamique. »

Le HEP a commencé avec 4,2% aux élections législatives. Aujourd’hui, le HDP obtient 13 % des voix dans le pays. Je voudrais dire ceci à la Cour constitutionnelle et au gouvernement : n’ignorez pas la sociologie et la géographie. Il y a une tradition de résistance sur ces terres. Vous ne pouvez pas la détruire avec les deux lignes d’écrits officiels que vous publiez, car ni les empereurs et les rois, ni Alexandre le Grand n’ont pu la détruire. »

« Le gouvernement viole ses propres lois »

Leygara a ajouté : « Ils peuvent seulement réprimer le HDP, ils ne peuvent pas le fermer. Ils vont faire traîner dans le temps cette procédure de fermeture. Par exemple, les 687 personnes menacées d’être bannies de la vie politique doivent préalablement être jugées. On ne peut interdire la vie politique à une personne sans l’avoir jugée. Une personne ne peut être interdite de politique tout simplement parce qu’elle fait l’objet d’une enquête. Le gouvernement viole ses propres lois. »

Laisser un commentaire