Avant le début du procès de Kobanê, le coprésident du HDP a déclaré : « Nous allons déjouer cette conspiration. »
Le HDP a tenu une conférence de presse devant la tribunal de Sincan (Ankara) avant le début du procès de Kobanê, ce lundi 26 avril

Avant le début de la première audience du procès de Kobanê qui commence ce lundi 26 avril à Ankara, le coprésident du HDP Mithat Sancar a déclaré : « Nous allons déjouer cette conspiration, nous allons élargir la lutte pour la démocratie. »

Le procès de Kobanê, qualifié de « vengeance politique » par le coprésident du Parti démocratique des Peuples (HDP) Mithat Sancar, s’est ouvert ce lundi à Ankara. Un grand nombre de personnes – élus, avocats, représentants d’organisations de la société civile et partis politiques, membres de délégations étrangères – étaient présentes ce matin devant le tribunal de Sincan pour suivre ce procès dans lequel sont jugés 108 membres et dirigeants du HDP, dont 28 sont actuellement derrière les barreaux.

Avant l’audience, les coprésidents du HDP, Mithat Sancar et Pervin Buldan, ont tenu une conférence de presse devant le tribunal de Sincan où l’audience doit avoir lieu. La Police a cependant empêché la presse de couvrir les déclarations des dirigeants du HDP.

Mithat Sancar a fait la déclaration suivante :

« La première audience de cette conspiration politique appelée “procès de Kobanê” va bientôt s’ouvrir. Nous voulions nous réunir ici et faire une déclaration avant le début du procès, mais comme vous pouvez le voir, ils ont érigé un mur entre nous. Cela démontre encore une fois qu’ils ont peur de la vérité. Ils pensent qu’ils peuvent anéantir nos voix, mais ils ont tort. Ils pensent qu’ils peuvent nous faire disparaître avec cette affaire, mais nous allons leur montrer qu’ils se trompent.

C’est une conspiration politique. Ils ont voulu mettre fin à la recherche de la paix en Turquie, à l’aspiration à la liberté et à la démocratie. Nous continuerons à résister pour la liberté, pour la démocratie, pour la vérité.

C’est aussi une vengeance politique. C’est une affaire qui est le produit de la colère d’un gouvernement qui ne pouvait pas accepter les conséquences de la défaite de l’Etat islamique (EI) à Kobanê en 2014. C’est un procès de vengeance né de la colère de ce pouvoir en raison des défaites qui lui ont été infligées par le HDP. C’est ensemble que nous allons faire échouer cette tentative.

Nous souhaitons la bienvenue à tous ceux qui sont venus ici aujourd’hui, de Turquie et de l’étranger. Nous allons réduire à néant cette conspiration, nous allons élargir la lutte pour la démocratie, nous allons déjouer les calculs du gouvernement, et nous allons tous ensemble sauver ce pays de cette agression autoritaire. Personne ne doit en douter. Ici, la vérité jugera les mensonges, la détermination jugera la peur. Le courage se répandra en Turquie à partir de ce tribunal, et enverra sa voix au monde entier. Nous vous remercions tous d’être venus. »

Laisser un commentaire