L’organisation des droits humains HRO, dans le nord de la Syrie, a confirmé que l'eau de l'Euphrate était devenue vulnérable à la pollution, affirmant que le régime turc la militait contre les civils à des fins politiques et militaires sans prendre en compte les besoins humanitaires.

L’organisation des droits humains HRO, dans le nord de la Syrie, a confirmé que l’eau de l’Euphrate était devenue vulnérable à la pollution, affirmant que le régime turc la militait contre les civils à des fins politiques et militaires sans prendre en compte les besoins humanitaires. 

Dans le contexte de la guerre que la Turquie mène contre les populations du nord-est de la Syrie, l’État turc suit de nombreux moyens hostiles contre ces zones, tels que l’abaissement du niveau d’eau du fleuve Euphrate et le laissant vulnérable à la pollution, ce qui peut avoir des effets négatifs sur la Syrie et l’Irak.

Dans ce contexte, l’organisation de défense des droits de l’Homme a fait une déclaration expliquant l’ampleur de l’échec de la communauté internationale face aux violations commises par la Turquie contre les peuples du nord-est de la Syrie et les dommages causés au fleuve..

La déclaration a été lue par Ahmed Daoud, le coprésident de l’organisation des droits de l’Homme dans la région de l’Euphrate, dans laquelle il a déclaré:

« Au Secrétaire général de l’ONU, aux chefs des unions parlementaires internationales, des assemblées parlementaires régionales et de toutes les organisations humanitaires et de défense des droits de l’Homme. Nous exprimons notre dénonciation et notre condamnation du crime odieux selon lequel le gouvernement turc réduit continuellement et consécutivement le débit d’eau de l’Euphrate, qui menace de provoquer à la fois une catastrophe humanitaire et une catastrophe naturelle.

L’Euphrate est l’un des fleuves internationaux, qui est l’une des sources d’eau les plus vulnérables à la pollution et à l’épuisement en raison de son passage à travers plus d’un pays. Cela entraîne une modification de la qualité et de la quantité de l’eau dans les pays qu’elle traverse et qui provient du territoire turc.

La Turquie est la source de la rivière, ce qui a conduit le gouvernement turc à la contrôler car il a construit de nombreux barrages, réservoirs et projets d’eau, ce qui a eu un impact négatif sur la qualité et la quantité de la rivière. Au fur et à mesure que le niveau de la rivière diminuait, les niveaux de pollution augmentaient et la température de son eau augmentait. Cela est dû aux projets hydroélectriques et aux efforts continus de la Turquie pour l’utiliser à son profit sans respecter les chartes, pactes et accords internationaux et en respectant la part des pays voisins dans son eau. Il a également investi de grandes surfaces sur ses rives.

Le régime turc l’utilise également comme arme contre les civils sans tenir compte des besoins humanitaires. Le gouvernement turc ne reconnaît pas l’état de l’Euphrate et le considère comme un fleuve «national» soumis à sa souveraineté. La question de l’adaptation de la nature juridique des fleuves en général et de l’Euphrate en particulier est nécessaire car cela nous permet de déterminer la nature de donner une description juridique appropriée. Ces actes et pratiques sont considérés comme une approche préjudiciable, grave, immorale et inhumaine, un crime de guerre et une violation « flagrante » de toutes les chartes, conventions, normes et pactes internationaux. Ils violent de manière flagrante les principes des Nations Unies, les dispositions du droit international et les résolutions et articles du Conseil de sécurité. »

Laisser un commentaire