Un projet de culture sous serre lancé au nord-est de la Syrie permet d’approvisionner en légumes près de 450 000 habitants de la région.
Au nord de la Syrie, l'administration locale développe la culture sous serre pour remédier aux effets dévastateurs de l'embargo

Un projet de culture sous serre lancé à Rimêlan, dans le nord-est de la Syrie, permet d’approvisionner en légumes près de 450 000 habitants de la région. Une centaine de personnes sont employées dans cette activité.

Des jardins de serre se développent actuellement dans la ville de Rimêlan, à Girkê Lêgê, avec le soutien des comités de l’économie et de l’agriculture de l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie (AANES). Ce projet est d’une grande importance à l’heure où le gouvernement de Damas, la Turquie et le PDK imposent un embargo via les portes frontalières de la région.

Le poste-frontière de Til Kocher, très important pour la région, est également fermé depuis 2019 sous la pression de la Russie. En bref, les tentatives pour étouffer l’économie de la région avec des embargos rendent les projets de production économique indispensables et urgents.

UNE PRODUCTION CONSIDÉRABLE DE LÉGUMES

Le Comité économique a d’abord ouvert 9 serres sur 1,2 hectares à Rimêlan en 2016. Concombres, tomates, aubergines, poivrons et bien d’autres légumes ont été cultivés dans le cadre de ce projet initié pour répondre aux besoins de la population locale. Au fil du temps, le nombre de serres a atteint 32. Selon les responsables du projet, 450 000 personnes sont ainsi approvisionnées en légumes. Le persil, les haricots verts et la menthe seront désormais cultivés dans 5 nouvelles serres.

Les serres construites en forme de W sont conçues pour résister au vent et à la pluie. Il existe des mécanismes de chauffage et de refroidissement en hiver et en été pour cultiver des légumes en toutes saisons.

« La serre dispose d’une technologie avancée. Elle peut contrôler la chaleur et le froid. Elle est irriguée avec le système de goutte à goutte », a précisé L’ingénieur agronome Hemide Silêman, un des responsables du projet.

DES LÉGUMES CULTIVÉS EN FONCTION DES BESOINS

« J’ai commencé à travailler ici après mes études universitaires. Nous obtenons plus de rendement du sol grâce à ces méthodes. Les légumes sont cultivés en fonction des besoins de la population. Les concombres, les tomates, les poivrons et les aubergines sont plus populaires », a ajouté Hesen Omer, un autre ingénieur agronome investi dans le projet.

UNE PRODUCTION CONSTANTE

Chaque serre mesure 51 mètres de long, 9,6 mètres de large et 4,5 mètres de hauteur. Chacune produit 50 tonnes de légumes par an. La production est vendue dans différente villes de la région, de Girkê Legê à Dêrik.

Environ 100 personnes travaillent dans ces serres. 10 autres serres seront bientôt construites dans la région de Hassakê. Un autre projet est en cours de réalisation à Tirbêspî (Al Darbasiyah) avec le soutien du Comité économique des femmes.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire