Kurd'Inalco-revue-étudiants-kurdes-rojinfo
Revue Kurd’Inalco

Le 28 avril 2019, les étudiants Kurdes de Paris ont édité leur première revue intitulée Kurd’Inalco. Beaucoup sont en Licence et en Master “Etudes kurdes” à l’INALCO

L’Inalco et la section kurde

L’Institut national des Langues et Civilisations orientales (Inalco) est un établissement français d’enseignement supérieur ayant vocation à enseigner les langues et civilisations autres que celles originaires d’Europe occidentale. Fondé en 1669 sous le nom d'”École des Jeunes de Langues”, il prend sont appellation actuelle en 1971.

La langue kurde est enseignée à l’INALCO depuis 1948, introduite par le kurdologue français Roger Lescot. Au départ, seul le dialecte Kurmandji y était enseigné, aujourd’hui, on y enseigne également le dialecte sorani.

Des intellectuels kurdes comme Kamuran Bedirxan, Abdurehman Qasimlo et Halkawt Hakem, mais aussi non-kurdes comme Joyce Blau, ont enseigné à l’inalco la grammaire, la littérature kurde et l’histoire du Kurdistan.

Pourquoi cette revue ?

La langue kurde a longtemps été interdite au Kurdistan par les différents Etats qui opprimaient le peuple kurde, notamment en Turquie et en Syrie. Tandis qu’en Iran et Irak, elle était confrontée à des obstacles visant à restreindre son développement. Face à ces obstacles, les Kurdes ont cherché à développer leur langue en exil.

La première revue kurde appelée “Kurdistan” naît au Caire en 1898, éditée par l’intellectuel kurde Midhat Bedirxan. Les intellectuels kurdes publient ensuite d’autres revues, loin du Kurdistan, notamment “Roji kurd”  fondée en 1913 à Istanbul, puis “Hawar” qui a vu le jour à Damas en 1932, sous le mandat français. En 1949, l’Association des Etudiants Kurdes d’Europe fonde une revue en langue Kurde intitulée “Dengê Kurdistan” (la voix du Kurdistan)

La diaspora kurde a joué un rôle important dans le développement de la langue et de la culture kurde, sous l’impulsion de plusieurs intellectuels kurdes en exil.

Aujourd’hui, les étudiants kurdes de l’Inalco et d’autres universités françaises ont décidé de continuer sur la voie tracée par ces intellectuels kurdes et d’endosser cette tâche inestimable.

Le premier numéro de kurd’INalco est composé de 83 pages. Il aborde les thèmes de la grammaire, la littérature, les sciences sociales, la technologie, les mathématiques…

Les articles sont rédigés dans deux dialectes, sorani et kurmandji, par des personnes originaires des quatre parties du Kurdistan.

Pour demander un exemplaire de la revue, ou avoir des informations complémentaires, vous pouvez contacter l’équipe Kurde de l’Inalco par mail : kovarakurdinalco@gmail.com

Laisser un commentaire