« De nombreuses luttes pour vivre, un même cœur pour lutter ! » Rejoignant cet appel, les 28 et 29 Juillet, environ 2 000 personnes se sont rendues à
Conférence du Mouvement des femmes kurdes et du Comité de Jineolojî Europe.

« De nombreuses luttes pour vivre, un même cœur pour lutter ! » Rejoignant cet appel, les 28 et 29 Juillet, environ 2 000 personnes se sont rendues à « La ZAD » (Zone à Défrendre) de Nantes pour participer à la rencontre des “femmes en lutte, trans, inter et non-binaires de l’Autre Europe” organisée dans le cadre du « Voyage pour la vie » zapatiste. Ces deux journées sont suivies de trois autres jours avec un programme ouvert à toutes et à tous jusqu’au 1 Août. 

L’objectif de la rencontre en “mixité choisie”, soulignée par la commission de genres à l’initiative de ces journée, était de rassembler, discuter et échanger autour des questions de la lutte des femmes et des mouvements LGBT-Queer en Europe et dans le monde, afin de renforcer les réseaux de résistance au patriarcat. Le programme comprennait des rencontres-débats, des projections de film-documentaires, des expositions, des rituels, des chants, des concerts et des spectacles, abordant des thématiques telles que la critique du féminisme néolibérale, la situation des femmes migrantes en Europe, la violence sistémique, sexiste et raciste de l’homme dominant et de l’État, l’énergie et les savoirs magiques des femmes aujourd’hui et dans l’histoire, l’existence non-binaire, l’importance du rôle des femmes dans la lutte et l’organisation des peuples indigènes, la libération de la nature et de l’ensemble des êtres vivants, la création d’une vie éthique et autonome en terme d’éducation, d’économie, de santé, d’autodéfense, de justice, etc.

Le Mouvement des femmes kurdes (TJK-E) et le Comité de Jineolojî Europe ont participé à cet événement en partageant leurs perspectives théoriques et expériences pratiques, insistant sur la nécessité des femmes de s’organiser en autonomie dans tous les domaines de la vie, à travers la proposition de la construction d’un Confédéralisme démocratique mondial des femmes. Suscitant beaucoup d’intérêt et de questions, cette recontre-débat a révèler le besoin, voire même l’urgence, de discuter d’expériences concrêtes qui puissent être développées et adaptées selon les particularités de chaque territoire et réalité au niveau local, pour trouver des solutions à mettre en place contre la guerre, la destruction et la violence qui se sont globalisées et infiltrées dans tous les espaces de vie. 

« De nombreuses luttes pour vivre, un même cœur pour lutter ! » Rejoignant cet appel, les 28 et 29 Juillet, environ 2 000 personnes se sont rendues à "La ZAD" (Zone à Défrendre) de Nantes pour participer à la rencontre des “femmes en lutte, trans, inter et non-binaires de l'Autre Europe” organisée dans le cadre du "Voyage pour la vie" zapatiste. Ces deux journées sont suivies de trois autres jours avec un programme ouvert à toutes et à tous jusqu’au 1 Août.
« De nombreuses luttes pour vivre, un même cœur pour lutter ! »

Après que l’État mexicain ait d’abord refusé de délivrer les papiers nécessaires aux autres participants et participantes de la délégation zapatiste qui rassemblera plus de 150 personnes, l’État français refuse maintenant de leur accorder l’entrée sur le territoire. Ces derniers jours, des manifestations ont eu lieu dans toute l’Europe pour demander le “Libre passage” des zapatistes. 

Néanmoins, les rencontres ont pu compté sur la présence et la précieuse écoute des membres de l’esquadron 421 arrivées sur leur bâteau “La Montaña” (La Montagne) il y a quelques semaines.

L’objectif de la rencontre en “mixité choisie”, soulignée par la commission de genres à l’initiative de ces journée, était de rassembler, discuter et échanger autour des questions de la lutte des femmes et des mouvements LGBT-Queer en Europe et dans le monde, afin de renforcer les réseaux de résistance au patriarcat. Le programme comprennait des rencontres-débats, des projections de film-documentaires, des expositions, des rituels, des chants, des concerts et des spectacles, abordant des thématiques telles que la critique du féminisme néolibérale, la situation des femmes migrantes en Europe, la violence sistémique, sexiste et raciste de l’homme dominant et de l’État, l’énergie et les savoirs magiques des femmes aujourd’hui et dans l’histoire, l’existence non-binaire, l’importance du rôle des femmes dans la lutte et l’organisation des peuples indigènes, la libération de la nature et de l’ensemble des êtres vivants, la création d’une vie éthique et autonome en terme d’éducation, d’économie, de santé, d’autodéfense, de justice, etc.
« Nos montagnes se déplacent, nos forces s’unissent.Vive la révolution des femmes ! Salutations du Mouvement des femmes kurdes »

Après la prise de parole silencieuse des membres de l’esquadron et la lecture des communiqués envoyés depuis le Mexique, les rencontres se sont cloturées avec un tour de prise de parole. Voici les mots prononcés par la représentante du Mouvement des femmes kurdes en Europe : 

“Nous sommes venues de partout pour nous rencontrer pendant ces deux jours. Nous représentons la résistence des femmes en luttes, dans l’histoire et aujourd’hui. La vie communale et la socialisation humaine ont été construites grâce aux efforts des femmes et nous avons su défendre cette culture jusqu’à aujourd’hui pour pouvoir nous rencontrer. La sagesse des déesses, des mères et des femmes sont des valeurs importantes pour notre lutte du 21ème siècle, le siècle des femmes. Remonter dans notre histoire, c’est permettre de connaître notre propore réalité et nous donner la force de prendre notre avenir en main. Malheureusement, le pouvoir patriarcal nous a arraché notre passé et prétend nous arraché notre futur, pour le serrer entre ses mains. Ainsi, le pouvoir détourne la réalité des femmes et sort victorieux en créant une femme à son image. La colonisation du genre femme a mené, et mène toujours, à la colonisation de l’ensemble du vivant. Les forces coloniales ne connaissent aucune morale, ni aucune limite dans la colonisation de la vie. La plus grande de leur peur est que les femmes se connaissent elles-mêmes, qu’elles prennent conscience de leur force, et qu’elles refusent une mauvaise vie en luttant pour une vie libre. Les femmes qui luttent sont toujours confrontées à de cruels attaques et assassinats. La lutte et la résistance, parce qu’elles ammènent de l’espoir aux êtres humains en quête d’une vie alternative, sont une grande menace pour les forces coloniales. C’est pourquoi, aujourd’hui, ces forces nous attaquent utilisant la plus haute technologie pour nous exterminer. En tant que femmes et peuples qui luttent pour cette vie alternative, nous avons besoin de bien comprendre ce danger et de devenir nous-même un bouclier qui enveloppant toutes les femmes et tous les peuples qui résistent. Allons-y! Multiplions-nous grâce au système confédéral démocratique, diversifions-nous et assurons la continuité de notre existence ! Pour une vie libre, dépassons les frontières ! Le pouvoir se sent fort grâce à ses techniques, mais avec notre raison et notre esprit nous sommes plus fortes que lui. Là où nous serons, nous nous sentirons proches les unes des autres et notre énergie ne fera qu’une. Car si nous construisons une raison, un esprit et une énergie collective, notre pourrons nous confronter au danger et nous préparer à l’affronter pour le vaincre. C’est pourquoi, nous saluons aujourd’hui l’opportunité de nous rencontrer que nous a apporté l’organisation zapatiste. Nous esperons que l’entière délégation pourra venir bientôt et que nous pourrons ainsi nous rencontrer de nouveau pour renforcer encore notre lutte. Au nom du Mouvement des femmes kurdes, nous souhaitons victoire et succès à toutes les personnes qui ont participé à ces 2 jours de rencontre. Femme Vie Liberté!” 

Laisser un commentaire