La grève de la faim entamée par des femmes détenues dans la prison d’Elazığ est à sa vingt-neuvième journée. Aucune information ne peut être obtenue de la prison sur la santé des prisonnières.

La grève de la faim dans la prison d’Elazığ est à son 29ème jour. Alors que la grève de la faim indéfinie se poursuit dans la salle C-4, les prisonniers de la salle D-6 soutiennent la grève avec des grèves de la faim de quatre jours à tour de rôle. Les prisonnières ne sont pas autorisées à avoir des visites parce qu’elles refusent l’imposition de la carte d’identité. Les appels des familles au procureur de la prison sont sans résultats.

Les prisonnières ont entamé une grève de la faim depuis le 1er novembre en signe de protestation contre l’imposition d’un uniforme, le dénombrement des dossiers individuels, les descentes de police et l’émission d’une pièce d’identité distincte à utiliser dans la prison.

Les prisonnières ont été privées de leurs droits aux lettres, aux appels téléphoniques et aux visites en raison de l’imposition d’une carte d’identité, et ne sont pas autorisées à rencontrer leurs avocats. Les femmes sont soumises à des traitements dégradants et à des violences physiques et psychologiques en prison et ont déjà annoncé par divers messages qu’elles continueront de résister.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here