Les forces d’occupation turques ont installé des radars de défense aérienne dans leurs bases les plus avancées situées près d’Aïn Issa et de l’autoroute stratégique M4. Parallèlement, elles poursuivent leurs attaques militaires sur la ville, au nord de la Syrie.

Les forces d’occupation turques ont installé des radars de défense aérienne dans leurs bases les plus avancées situées près d’Aïn Issa et de l’autoroute stratégique M4. Parallèlement, elles poursuivent leurs attaques militaires sur la ville, au nord de la Syrie.  

La Turquie a commencé à installer des systèmes de radar dans deux bases près de l’autoroute internationale M4, à 32 km de profondeur à l’intérieur du territoire syrien.

Les images filmées par les correspondants de l’agence de presse locale Hawar News (ANHA) montrent que les radars turcs se trouvent dans une base près du village de Saïda, au nord de la ville d’Ain Issa, à côté d’une tour de guet équipée d’une caméra et d’une arme automatique.

Selon les informations obtenues par ANHA, le système est destiné à la défense aérienne contre les drones. Il a été publié il y a quelques jours, et il est probable qu’il s’agisse d’une “notification” de fabrication turque.

Les forces d’occupation turques avaient déployé un système de radar différent au cours du mois de mai de l’année dernière, le long des zones de soudure dans les régions d’Al-Jazira et de l’Euphrate.

Cela s’ajoute aux bombardements d’artillerie turcs sur les environs de la ville d’Ain Issa dans le nord-est de la Syrie et sur un certain nombre de villages situés sur la route internationale, ainsi qu’aux tentatives d’infiltration répétées depuis le 23 novembre de l’année dernière, en 2020.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont annoncé dans plusieurs déclarations distinctes que 68 mercenaires et soldats turcs avaient été tués dans les 3 mois qui ont suivi l’attaque turque continue sur le district, tandis qu’elles ont révélé le record de 13 combattants dans leurs rangs, qui ont été martyrisés dans le cadre de la résistance contre l’occupation turque et ses mercenaires.

Laisser un commentaire