À Sulaymaniyah, les protestations contre la crise économique et le non-paiement des salaires des enseignants se poursuivent. Bien que la police ait attaqué les manifestants avec des gaz lacrymogènes et des matraques, les protestations se poursuivent.
Manifestation réprimée par la police kurde à Sulaymaniyah

À Sulaymaniyah, les protestations contre la crise économique et le non-paiement des salaires des enseignants se poursuivent. Bien que la police ait attaqué les manifestants avec des gaz lacrymogènes et des matraques, les protestations se poursuivent.

Arrivés à la porte de Sara, les manifestants ont hurlé des slogans pour dénoncer la corruption et exprimer leur mécontentement face aux politiques du Gouvernement régional du Sud-Kurdistan (KRG) dirigé par le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) du clan Barzani. Un manifestant a déclaré : « Nous n’attendons pas de réformes et de récupération des voleurs et des autorités corrompues, c’est pourquoi nous annonçons aujourd’hui une révolution civile jusqu’à la prise du pouvoir. Que le gouvernement s’effondre ! »

Peu après le début de la manifestation, le Premier ministre du KRG, Masrour Barzani, a déclaré, lors d’une réunion du Conseil des ministres, que les salaires des employés seraient payés dès demain.

Laisser un commentaire