Les attaques des forces d'invasion turques contre Aïn Issa se sont intensifiées au cours des deux derniers mois.
Les agressions turques contre la ville d'Aïn Issa, au nord de la Syrie, ont considérablement augmenté au cours des deux derniers mois

Les attaques des forces d’invasion turques contre Aïn Issa se sont intensifiées au cours des deux derniers mois. La Russie et Damas ont non seulement regardé, mais ont aussi tenté de faire pression sur les Forces démocratiques syriennes (FDS). Malgré tout, la résistance continue.

Les attaques au sol de l’armée turque et de ses mercenaires de l’Armée nationale syrienne (ANS) contre la ville d’Aïn Issa, au nord de la Syrie, ont commencé le 23 novembre 2020, en plus des attaques d’artillerie.

La Turquie rompt l’accord avec la Russie et attaque

Dès le début, le cessez-le-feu négocié pour la région entre la Turquie et la Russie n’a pas été respecté par les forces turques. En effet, la Turquie n’était pas prête à arrêter son expansion et ses attaques, et la Russie n’était pas prête à assumer sa responsabilité en tant que garant de l’accord. Ainsi, contrairement à l’accord de cessez-le-feu garanti par la Russie, l’État turc a établi des bases le long de l’autoroute M4 stratégiquement importante. Selon l’accord de cessez-le-feu signé par la Russie et la Turquie, les troupes turques n’étaient pas autorisées à établir des positions dans une zone de trois kilomètres au nord de l’autoroute. Cependant, les bases turques sont situées précisément dans cette zone. Par exemple, la Turquie a établi une base près du village de Muelek dans l’ouest de l’Aïn Issa, à environ 800 mètres de l’autoroute. Une autre base a été construite à 500 mètres du village de Seyda, à deux kilomètres à l’ouest du centre d’Aïn Issa. Un troisième point d’observation a été construit près des villages de Mişerfa (Mushairefah) et Cehbel (Jabal) au nord d’Aïn Issa sur l’autoroute. Un autre poste est en cours de construction près du village de Xalîdiyê à l’ouest d’Aïn Issa, à sept kilomètres de la ville. L’établissement de deux autres « postes d’observation » est également en préparation à proximité des villages de Mişerfa et Cehbel. Ces « postes d’observation » sont des bases turques à partir desquelles les forces d’invasion bombardent Aïn Issa avec des obus d’artillerie.

Attaques et résistance

Depuis le 23 novembre, de violentes attaques au sol ont été lancées contre le district et les colonies environnantes. Selon les FDS, la région d’Aïn Issa, y compris le centre-ville, a été la cible d’attaques d’artillerie 162 fois depuis lors. Des centaines de bâtiments civils ont été endommagés au cours du processus mentionné. La station-service sur l’autoroute M4 dans l’ouest d’Aïn Issa a été complètement détruite par une attaque. Un camion-citerne servant à approvisionner la population a également été détruit. Une station de repos et d’essence sur l’autoroute M4 près d’Aïn Issa a été rasée.

Cinq civils et huit combattants tués

Cinq civils ont été tués et 16 blessés dans les attaques. Huit combattants des FDS ont été tués et neuf blessés à la suite des attaques.

65 des assaillants ont été tués et 15 blessés depuis le début des attaques. Cinq véhicules blindés de l’armée turque ont été détruits alors qu’ils tentaient d’infiltrer les villages de Muelek, Mişerfa et Cehbel.

En raison des attaques des forces d’invasion, cinq soldats syriens ont été blessés. Cependant, il n’y a eu aucune réaction du régime ou de sa puissance protectrice, la Russie.

Contexte des attaques

Aïn Issa est dans une position d’importance stratégique en raison de son emplacement stratégique sur l’autoroute M4 et au carrefour de Raqqa et Manbij. La prise d’Aïn Issa par la Turquie aurait pour effet de rompre la communication de la région de Cizire avec Kobanê. L’autoroute M4 est particulièrement visée par la Turquie. Reliant Alep, Hesekê, Qamişlo et Til Koçer, elle s’étend ainsi jusqu’à la frontière irakienne.

Encerclement des villages pour le siège de la ville

Le village de Muelek est situé à l’ouest d’Aïn Issa, à 1,2 km de l’autoroute M4. Le village de Seyda est situé sur une colline près d’Aïn Issa. En raison de son emplacement, le village est un point stratégique important pour contrôler militairement Aïn Issa. Les villages de Mişerfa et Cehbel sont situés sur la route M4 vers Tall Tamr, à l’est d’Aïn Issa. Lorsque ces villages seront encerclés, les routes principales vers Aïn Issa seront fermées. Par conséquent, les attaques de l’armée turque et des forces d’occupation sont particulièrement dirigées contre ces villages. Jusqu’à présent, les forces d’invasion n’ont pas réussi à couper Aïn Issa du monde extérieur en raison de la résistance farouche des FDS.

Les FDS et la population tiennent bon

L’absence de réponse de la Russie montre que les attaques sont menées à la suite d’une collusion avec l’État turc. Emine Omar, coprésidente du Conseil démocratique syrien (MSD), avait déclaré que « la Russie fait pression sur les FDS pour qu’ils remettent la ville au régime de Damas ». Ainsi, la Turquie doit être utilisée par la Russie comme un levier pour éliminer l’administration autonome. Des manifestations massives ont éclaté parmi la population du nord de la Syrie en raison du double jeu de la Russie. De longues veillées ont eu lieu devant la base russe à Aïn Issa, et de grandes manifestations contre la position de la Russie ont également eu lieu à plusieurs reprises dans des villes telles que Manbij, Kobanê, Raqqa et Tabqa. La colère a grandi et les gens ont commencé à lancer des pierres sur la base russe en signe de protestation. Malgré les attaques massives, de nombreuses personnes à Aïn Issa sont déterminées à ne pas quitter leur ville et à poursuivre la résistance. Pendant ce temps, la résistance des FDS a jusqu’à présent repoussé toutes les attaques de l’État turc et de ses forces mercenaires. La Russie avait tenté à plusieurs reprises de faire pression sur les FDS pour qu’ils ne repoussent pas les attaques turques. Le fait que les attaques aient néanmoins été repoussées avec succès représente un net revers pour les plans de la Russie et de la Turqu

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire