kurde
Mizgin Irgat, Députée du Parti Démocratique des Peuples (HDP), lors d'un discours à l'Assemblée nationale de Turquie.

Mizgin Irgat, Députée du Parti Démocratique des Peuples (HDP) a fait part de ses inquiétudes concernant la situation du leader kurde Abdullah Öcalan, détenu depuis 1999 sur l’Ile-prison d’Imrali.

Mizgin Irgat a dénoncé le régime de détention extrêmement lourd en vigueur sur l’Ile-prison d’İmralı, le qualifiant de torture. Soulignant que les avocats d’Ocalan étaient empêchés de le rencontrer depuis 2011, la Députée  de la province de Bitlis a déclaré que, quelles que soit les circonstances, on ne pouvait priver un prisonnier du droit de voir sa famille et ses avocats.

Evoquant le rapport récemment publié par le Comité pour la prévention de la torture (CPT) concernant les conditions de détention à Imrali, elle s’est dite consternée du fait que ce rapport avait été publié deux ans après la visite. Selon elle, le rapport publié avec l’approbation du gouvernement turc suscite la méfiance et conduit à se demander si le moment de sa publication n’est pas destiné à manipuler l’opinion publique.

La Députée kurde a rappelé qu’après le faux putsch raté du 16 Juillet 2016, le régime carcéral turc avait été considérablement durci, entraînant de nombreuses privations de droits pour les prisonniers. Dans ce contexte, elle a interrogé l’attitude du CPT qui refuse de se rendre dans la prison d’Imrali, alors qu’il a visité d’autres prisons en Turquie.

Mizgin Irgat a souligné qu’il était important d’élever la voix contre les violations arbitraires et continues des droits des prisonniers à Imrali. Elle a ajouté que le rapport du CPT manquait de rigueur et présentait de nombreuses lacunes. « M. Ocalan n’est pas un condamné ordinaire, et l’isolement appliqué à Imrali montre que l’Etat est revenu à sa politique de déni et de destruction », a-t-elle fait remarquer, avant d’ajouter: « Cette politique vise à détruire le peuple kurde et son statut, elle est mise en œuvre par la République de Turquie depuis sa fondation. Les espoirs de paix et de démocratie nés lors des négociations ont été écrasés par ce retour à une politique de déni. »

Les conditions de détention à Imrali n’ont jamais été conformes aux normes, a déclaré la députée du HDP, soulignant que, à l’époque où les avocats étaient autorisés à rendre visite à M. Ocalan, ils étaient soumis à des fouilles et que leurs conversations avec leur client étaient systématiquement enregistrées. « Depuis l’entrée en vigueur du régime d’état d’urgence, ces violations des droits sont pratiquées dans toutes les prisons a-t-elle dit. Quant à Ocalan, son isolement a été poussé à un niveau sans précédent. »

Mizgin Irgat a conclu en dénonçant l’alliance entre le parti turc d’extrême droite MHP (Loups gris) et le parti au pouvoir AKP visant à renforcer la politique anti-kurde et l’étendre au-delà des frontières du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here