La délégation internationale pour la paix avec les Mères de la Paix à Diyarbakir

Après Ankara, la délégation internationale pour la paix s’est rendue à Diyarbakir afin d’apporter sa solidarité à la Députée HDP de Hakkari, Leyla Güven, en grève de la faim depuis 100 jours pour dénoncer l’isolement du leader kurde Abdullah Öcalan.

Après s’être rendue à Ankara pour rencontrer le HDP et en particulier sa Coprésidente Pervin Buldan, la délégation internationale pour la paix composée de plusieurs personnalités de renommée internationale, dont l’ancien ministre de la Justice islandais Ögmundur Jónasson, a rencontré hier, à Diyarbakir, le Mouvement des Mères pour la Paix.

Havva Taşkıran, membre des Mères de la Paix, a confié à la délégation la répression à laquelle elles étaient confrontées dans un pays dominé par la guerre. « Ce qui fait de nous des mères pour la paix, c’est cette douleur et cette lutte communes. Leyla a mis sa vie au seuil de la mort pour lutter contre l’isolement. Plus de 300 de nos enfants sont en grève de la faim et se trouvent dans un état critique. Nous n’attendons rien de personne. Tout ce que nous voulons, c’est que notre voix soit entendue et que nos demandes soient satisfaites. Nous ne voulons pas avoir à transporter des corps hors des prisons. »

« Les demandes doivent être satisfaites »

Taşkıran a déclaré que les revendications des grévistes de la faim devaient être satisfaites et ajouté: « Toutes les mères que vous voyez ici sont actuellement poursuivies par la justice, mais cela ne nous empêche pas de continuer à lutter pour la paix. Nous voulons apporter la paix dans ce pays. Une de nos mères a perdu ses sept enfants, mais elle veut toujours la paix, une autre mère a trois enfants en prison, mais elle réclame toujours la paix. Nous vous demandons seulement d’écouter nos demandes. Si vous ne faites rien aujourd’hui, demain, chaque ville peut devenir une autre Kobanê, une autre Afrin.

Nous ne voulons plus de morts, nous ne voulons plus que les mères pleurent. Ceux qui isolent notre leader aujourd’hui, ceux qui participent au complot devront rendre des comptes. »

Après avoir écouté les récits de plusieurs Mères pour la Paix, Ogmundur Jonasson a déclaré: « Votre résistance nous inspire une grande admiration. J’ai l’impression d’être venu dans un lieu de culte. Je comprends votre colère envers l’Occident et contre nous. Vous avez des attentes et elles ne sont pas accomplies. Nous sommes petits, mais nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que votre voix soit entendue.  »

Beverly Ann, autre membre de la délégation internationale pour la paix, a transmis aux Mères le message de Nora Irma Morales Cortiñas, cofondatrice de l’Initiative pour les Mères de la Plaza de Mayo. « Je leur envoie mon amour – dit le message – et je sais qu’elles vont gagner. J’espère que leur combat sera couronné de succès. »

« Hier soir, j’ai reçu la nouvelle de l’assassinat de deux de mes amies et je suis terriblement désolé, a dit Beverly Ann. Je vous comprends profondément et je connais vos sentiments, mais vous allez gagner. Nous ferons tout pour que votre voix soit entendue. Nous lirons vos messages et vos revendications dans les enceintes parlementaires. Nous sommes de tout cœur avec vous. »

La délégation n’a pu rencontrer Leyla Güven

La délégation s’est rendue à l’hôpital où Leyla Güven a été transportée il y a deux jours, afin de lui rendre visite. Cependant, l’état de santé de la Député kurde qui avait eu un malaise au 98ème jour de sa grève de la faim, ne lui a pas permis de rencontrer la délégation.

« Leyla et ses amis demandent uniquement que le gouvernement se conforme à la loi. S’il vous-plaît, laissez Leyla et ses amis vivre. », a déclaré l’actrice Maxine Peake qui a parlé au nom de la délégation à la sortie de l’hôpital.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here