Shirin-Elemhuli-Ferzad-Kemanger-Ali-Heyderiyan-Ferhad-Wekili-Mehdi-Eslamiyan-Iran-kurdes-rojinfo
Cinq militants Kurdes exécutés en Iran le 9 mai 2010

Shirin  Elemhuli, Ferzad Kemanger, Ali Heyderiyan, Ferhad Wekili et Mehdi Eslamiyan. Les quatre premiers ont été accusés d’être membres du Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), le cinquième d’être membre de « l’Assemblée du Royaume d’Iran », groupe pro-monarchie.

Shirin Elemhuli était une activiste, une révolutionnaire. Kemanger, Heyderiyan et Wekili étaient enseignants. Il n’y avait pas de preuves tangibles contre eux, mais il a fallu quelques minutes pour prendre la décision de les exécuter.

Comme beaucoup d’autres prisonniers politiques, ils étaient accusés d’être des « ennemis d’Allah ». L’opposition au régime iranien est interprétée par le régime comme une « opposition à Allah ». Le régime s’identifie à « Allah ».

Le matin du 9 mai 2010, cinq prisonniers ont été exécutés à la prison Evin. Avant ces exécutions, il y en avait eu d’autres. Après eux, il y en a eu d’autres.

L’Iran est l’un des pays où le nombre d’exécutions est le plus élevé au monde.

Elemhuli avait 28 ans. Dans la lettre qu’elle a écrite quelques jours avant son exécution, elle a souligné l’illégalité de cette décision et a déclaré qu’il s’agissait d’une décision politique.

« Aujourd’hui 2 mai 2010, ils m’ont ramené à l’interrogatoire… », ainsi commence la lettre.

« Un des interrogateurs m’a dit :  » Nous vous avons laissé partir l’année dernière, mais votre famille n’a pas coopéré avec nous « . En d’autres termes, je suis retenu en otage et ils ne me laisseront pas partir tant qu’ils n’auront pas ce qu’ils veulent. Cela signifie qu’ils me garderont comme prisonnière ou ils me pendront, mais ils ne me laisseront jamais partir ».

Cette lettre a été écrite quatre jours avant l’exécution. Elemhuli a écrit au sujet des trois années qu’elle avait passé en prison et a fait remarquer qu’elle n’avait même pas la permission d’avoir un avocat pour la défendre. Le résumé de sa vie en prison pourrait être raconté en deux mots : « Torture et cruauté. »

Elemhuli, qui a vécu des jours de torture, a écrit : « J’ai vécu des jours de douleur entre les mains des forces militaires. Pourquoi m’ont-ils arrêté ou pourquoi me pendraient-ils ? Parce que je suis kurde ? Je suis né kurde et parce que je suis kurde, j’ai été torturé et battu ».

Les autorités iraniennes voulaient qu’Elemhuli nie être kurde. La réponse d’Elemhuli était claire : « Si je fais quelque chose comme ça, je vais fondamentalement me renier moi-même. Ma langue est le kurde. J’ai grandi en parlant kurde. Mais ils ne me permettent pas de parler ou d’écrire dans ma propre langue ».

Alors qu’Elemhuli s’adressait au procureur et au juge, elle a souligné l’illégalité de l’ensemble du processus : « Comme je ne connais pas bien le persan, vous avez pris mes déclarations dans ma propre langue et vous ne pouvez pas comprendre ce que j’ai dit et ce que je vous raconte. »

La lettre se poursuit comme suit :

« Les tortures que vous m’avez imposées sont le cauchemar de mes nuits, les douleurs et les souffrances de mes jours…. Je souffre de maux de tête dus aux coups que j’ai reçus pendant l’interrogatoire. Il y a des jours où je m’évanouis tellement j’ai mal à la tête. Je ne peux pas comprendre ce qui se passe autour de moi et je ne peux pas revenir à la raison pendant des heures. Un autre cadeau que vous m’avez fait suite à la torture, c’est que j’ai presque entièrement perdu la vue, car j’avais des problèmes de vue et vous ne m’avez donné aucun traitement ».

« Je sais que ce que vous m’avez fait à moi et à ma famille, ne nous est pas seulement fait à nous. Vous avez essayé ces tortures sur Zeyneb Jalaliyan, Rûnak Sefazade et beaucoup d’autres jeunes kurdes. Depuis des jours, des mères kurdes âgées attendent de voir leurs enfants. Chaque fois que le téléphone sonne, elles ont peur de savoir quelles mauvaises nouvelles vont arriver. Leurs enfants ont-ils été pendus, se demandent-elles?

Longtemps plus tard, quelques jours avant le 2 mai 2010, ils m’ont encore une fois emmené à la division 209 de la prison Evin pour l’interrogatoire et ont répété leurs allégations non fondées. Ils voulaient que je coopère avec eux et ils ont dit qu’ils annuleraient la peine de mort. C’était inutile. C’est pourquoi je n’avais rien à dire, sauf ce que j’ai dit au tribunal. À la fin, ils voulaient que je répète ce qu’ils ont dit devant les caméras. Mais je ne l’ai pas accepté. Alors ils ont dit :  » Nous sommes arrivés à ce point parce que nous voulions vous aider, mais votre famille ne nous a pas aidé « . Le fonctionnaire a dit qu’ils m’exécuteraient alors ».

Coupable d’être des enseignants kurdes.

Ferzad Kemanger, Ferhad Wekili et Eli Heyderiyan ont été arrêtés ensemble en 2006. Kemanger était le porte-parole de l’Association des enseignants du Kurdistan. En 2008, ils ont été condamnés à mort. Il n’a fallu que sept minutes pour les condamner. Kemanger avait 33 ans. En attendant d’être exécuté à Téhéran, il a écrit une lettre :

« Je suis en prison depuis des mois », a dit Kemanger. Ils ne pouvaient pas écraser cet amour. Il savait que la  » justice iranienne  » lui ôtera la vie. Il avait un grand cœur.

Kemanger a écrit :

« La prison était censée briser ma volonté, mon amour et mon humanité. J’étais gardé dans une petite pièce entourée de murs. Ils pensaient m’éloigner de mes proches. Mais tous les jours, je voyageais au-delà de la petite fenêtre de la cellule et je me rendais dans des endroits éloignés. La prison a approfondi nos liens les uns avec les autres. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here