Anna Campbell

Lors de la session plénière du Parlement européen qui se tient à Strasbourg depuis ce lundi, la parlementaire européenne d’origine écossaise Julie Ward a évoqué le cas de la jeune britannique Anna Campbell, tuée à Afrin le 16 mars 2018 alors qu’elle combattait au sein des YPJ (Unités de Protection des Femmes, kurdes) contre l’armée d’invasion turque. 

Prenant la parole lors du débat en séance plénière du Parlement européen, l’eurodéputée écossaise Julie Ward a rappelé que la dépouille d’Anna Campbell était toujours à Afrin. 

« Anna était une militante passionnée de justice sociale, tellement écœurée par la terrible guerre continuelle en Syrie et les souffrances humaines indicibles, qu’elle avait décidé de consacrer toute l’énergie de sa jeunesse à travailler avec les forces démocratiques kurdes du nord de la Syrie, qui représentent la seule opposition crédible à Daesh et à Assad dans la région », a déclaré Julie ward.

Soulignant le rôle des Kurdes dans la libération du ‘peuple yézidi’ pris au piège dans le mont Sinjar, Mme Ward a ajouté: « Ce sont eux qui ont changé le cours de la guerre sur une colline à Kobané. Ce sont elles qui reconstruisent actuellement la société du Rojava, avec les femmes au cœur d’un nouveau modèle de démocratie. « 

Ward a ajouté: « Je sais tout cela, non pas parce que je l’ai lu dans un livre ou un journal, mais parce que j’ai dirigé une mission de paix pour femmes là-bas en mai dernier et que j’ai vu la reconstruction sociale et physique de mes propres yeux. »

La députée écossaise a conclu ses remarques en rappelant que, depuis 11 mois, le corps d’Anna était sous les décombres d’Afrin et que, ni le gouvernement britannique, ni les autorités turques n’avaient eu la décence de rapatrier sa dépouille. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here