Dans la ville frontalière kurde de Van, de nombreux Kurdes ont été arrêtés et poursuivis en justice parce qu’ils vendaient des biens achetés en Iran. Mais les responsables turcs ferment les yeux sur les Iraniens qui font la même chose.

Pour les villes de la région frontalière de la Turquie, le commerce est l’activité économique numéro un. L’une de ces villes est Van, qui jouxte l’Iran et a été un avant-poste commercial entre l’Iran et l’empire turco-otoman pendant des siècles.

Ces dernières années, le gouvernement de l’AKP a renforcé le contrôle du commerce frontalier. Il est interdit aux gens de vendre les marchandises qui viennent d’Iran. Plusieurs Kurdes ont été arrêtés et condamnés à payer une amende pour avoir simplement essayé de vendre leurs biens.

L’armée turque a également renforcé la sécurité dans la région frontalière. Après que plusieurs personnes aient été tuées par des soldats turcs alors qu’elles tentaient d’entrer en Turquie, le commerce frontalier a cessé.

D’autre part, la Turquie a récemment commencé à autoriser les citoyens iraniens à vendre leurs marchandises illégales. Les responsables turcs ferment les yeux sur les marchés mis en place par les Iraniens dans le centre-ville de Van. Des centaines d’Iraniens vendent des marchandises iraniennes aux magasins locaux.

Les Iraniens vendent des cigarettes, du tee et du sucre à un prix très bas par rapport à ceux produits en Turquie. Le volume du commerce illégal est tellement important qu’il affecte désormais les entreprises locales.

Un commerçant local :  » le commerce frontalier, qui nous est interdit, est gratuit pour les Iraniens. Ils stockent des produits iraniens dans les hôtels et les vendent aux commerçants.Il est presque impossible d’apporter des marchandises iraniennes à Van. Mais les citoyens iraniens peuvent le faire facilement parce qu’ils soudoient les soldats turcs à la frontière. Les fonctionnaires et les soldats de l’AKP obtiennent leur part du commerce frontalier. Par conséquent, les citoyens iraniens peuvent apporter des marchandises iraniennes à Van et les vendre comme si c’était légal. Mais pour les Kurdes, c’est strictement interdit « , a déclaré un autre commerçant local.

Source : KAF-RI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here