Afrin-bulletin-hebdomadaire-Syrie-
Réfugiés d'Afrin dans le camp Berxwedan ("Résistance") à Fafinê, canton de Shehba (photo Centre d'Information de la Résistance d'Afrin)

Nous publions toutes les semaines les bulletins hebdomadaires des nouvelles d’ Afrin, écrits et traduits en français pour le Centre d’Information de la Résistance d’Afrin. Les bulletins informent à la fois sur la situation militaire, politique et humanitaire autour d’Afrin et plus largement au nord de la Syrie, sur les initiatives de solidarité exprimées à travers le monde ainsi que les prises de positions des différents acteurs politiques, qu’ils analysent.

Créé au début de l’offensive turque sur Afrin, le Centre d’Information de la Résistance d’Afrin dispose d’un compte twitter, d’une chaîne Youtube et d’un site internet, où sont publiés les bulletins mais aussi des dossiers d’information écrits directement par le centre ou par différentes institutions du Nord-Syrie (Croissant Rouge du Kurdistan, TEV-DEM…) ; des analyses politiques de la situation ; des photos et vidéo documentant les crimes de guerre, la résistance populaire et témoignant du quotidien des populations d’Afrin, maintenant pour la plupart devenues réfugiées.

La plupart des informations sont en anglais mais des traductions régulières vers le  français sont effectuées, comme c’est le cas pour tous les précédents bulletins, que vous pouvez aussi trouver sur le site.

Les développements autour d’Afrin – du 4 au 10 mai 2018

 Introduction

Avec la défaite de l’Etat islamique en Syrie et particulièrement après la libération de Raqqa à l’Octobre 2017, l’Etat turc a intensifié ses menaces et attaques contre la Fédération Démocratique du Nord de la Syrie. Dans ce contexte, la Turquie a commencé sa guerre d’invasion à Afrin le 20 janvier, transgressant le droit international et violant la souveraineté de son pays voisin. L’armée turque a déclenché cette guerre en coopération avec des groupes djihadistes issus des rangs de l’Armée Syrienne Libre (ASL). Beaucoup d’entre-eux sont liés à Al-Qaïda à l’auto-proclamé Etat islamique. À compter de début mars, tous les districts et la ville d’Afrin ont été sous les bombardements de l’aviation, de l’artillerie et des drones de l’armée turque, qui ont particulièrement ciblé les civils. Les 17 et 18 mars, plus de 200 000 personnes ont quitté Afrin et ont été évacués de la ville afin d’éviter un génocide physique. Depuis, la majorité des personnes sont réfugiées dans le canton de Shehba, sans garanties pour leur sécurité ni soutien international. Dans cette nouvelle étape de la guerre, la confrontation entre les puissances internationales et leurs intérêts se fait plus intense de jour en jour.

Les développements de la semaine passée autour d’Afrin

Après 111 jours de résistance contre la deuxième plus grande armée de l’OTAN, des centaines de personnes du canton d’Afrin sont toujours déplacées et font face à des conditions difficiles. L’armée turque et ses alliés de l’ASL mettent en œuvre des politiques de nettoyage ethnique, d’assimilation et de colonisation, empêchant les populations de retourner dans leurs villages et poursuivant les préparatifs pour annexer la région Afrin au territoire de l’Etat turc. La résistance des forces des YPG-YPJ continue dans tous les districts du canton d’Afrin, ainsi que la résistance des personnes déplacées d’Afrin dans la région de Shehba.

Afrin

L’occupation d’Afrin par l’armée turque et les forces de l’ASL a été suivie par une politique de turquisation visant à annexer la région à la Turquie. Avant Afrin, des processus similaires ont été mis en pratique par la Turquie dans d’autres zones occupées comme à Jarablus ou Al-Bab [1].

Les habitants du canton d’Afrin sont victimes de meurtres, d’enlèvements et de tortures par l’armée turque et ses alliés djihadistes, en même temps qu’a lieu un remplacement démographique continu. Des sources locales dans la ville d’Afrin rapportent que les femmes sont forcées de porter des burqas et qu’elles ne peuvent pas sortir sans un homme [2]. Les forces d’occupation marquent les maisons des familles accusées d’avoir des liens avec l’administration autonome. Il est interdit de s’approcher de ces maisons sous peine de punitions par les forces de l’ASL. Dans le district de Sherawa, les forces de l’ASL ont enlevé plusieurs hommes du village de Basutê. Parmi eux, Battal Zaki Hamsho a été emmené vers une destination inconnue où il a été torturé puis relâché. Adel Hassan Khaled a été torturé 20 jours après avoir été kidnappé par les miliciens du groupe de l’ASL Liwa al-Fatah [3]. Sefqan Xelîl (23 ans) a été enlevé par la division Al-Hamza soutenue par la Turquie et torturé pendant 40 jours. Ils ont demandé à sa famille une rançon de 200 000 $ et ont menacé de le tuer s’ils ne payaient pas. La famille a finalement payé 12.000 $ pour sa libération [4]. Le 23 mars, les forces de l’ASL ont enlevé le citoyen Subhî Nasir. Elles demandent maintenant 4 millions de livres syriennes (SYP) [6500 euros] à sa famille comme rançon pour le libérer. L’armée turque et les forces de l’ASL ont transformé l’école du village de Hekitche (district de Shiye) en une grande prison pour détenir les habitants de quatre villages : Hekitche, Meraniye, Senare et Anqele [5].

Selon le Département d’État des États-Unis, 140 000 personnes ont été déplacées d’Afrin et on ne leur permet pas de rentrer chez elles. Depuis la mi-mars, environ 71 000 personnes ont été transportées dans le nord-ouest de la Syrie depuis la Ghouta orientale et l’est du Qalamoun [6].

Ces informations sont également confirmées par l’ONU dans des rapports affirmant que les troupes turques empêchent les réfugiés de retourner chez eux à Afrin. Plusieurs centaines de réfugiés palestiniens qui ont fui l’assaut du régime contre le camp de Yarmouk dans le sud de Damas, tenu par des rebelles proches de l’Etat Islamique, ont été déplacés de force dans des camps de réfugiés dans le nord d’Alep et d’Afrin [7].

Le 5 mai, des habitants du village de Kûra dans le district de Jinderese ont protesté contre l’armée turque occupante et les forces de l’ASL.

Le 2 mai, les YPG / YPJ ont tué Jamal al-Zakhlool, qui était responsable de l’organisation de l’installation des personnes amenées à Afrin depuis divers endroits en Syrie. Al-Zakhlool était également chargé par le MIT de mettre en place des forces de sécurité internes, une administration civile et des tribunaux dans le canton d’Afrin occupé. L’action contre le véhicule d’Al-Zakhlool a été menée dans la zone située entre les villages de Kurzele et de Basutê et a entraîné sa mort. Trois autres miliciens de l’ASL ont été tués et deux véhicules militaires ont été détruits [8].

Shehba et le nord de la Syrie

Les personnes déplacées d’Afrin souffrent encore de conditions difficiles, en particulier en ce qui concerne les soins médicaux. Il y a beaucoup de maladies, de blessures et d’inflammations qui ne peuvent pas être traitées en raison du peu de ressources disponibles. Dans la région de Fafine, 3092 personnes vivent dans le camp de Berxwedan. Ce sont tous des habitants d’Afrin qui ont été forcés de fuir leurs villages. Les 650 tentes sont occupées par 670 familles, dont 755 enfants de moins de 10 ans et 990 femmes. Dans la région, le centre de santé est le principal point d’accueil pour les malades mais seul un petit nombre de volontaires et 4 médecins y travaillent pour faire face aux besoins de la population [9]. Sabah Zinal, une femme de 62 ans originaire de la campagne de Jinderese, a perdu la vie dans le village de Nubl, en raison du manque de soins médicaux et de l’absence d’implications des organisations internationales dans la prise en charge des déplacés d’Afrin [10] . Un autre problème sérieux est la grande quantité de mines dans la région, restes de l’occupation de l’Etat Islamique. Il y a continuellement des mines qui explosent, blessent ou tuent des civils. Alors qu’il nettoyait des mines dans le canton de Shehba pour sécuriser la zone pour les personnes déplacées d’Afrin, le combattant YPG Reşîd Zîron a perdu la vie [11]. Hisen Mihemed Şexo, 16 ans, originaire d’Afrin, a également été grièvement blessé après l’explosion d’une mine de l’ASL dans le village d’Ahdas du district de Fafine, dans le canton de Shehba [12].

La Maison des femmes d’Aïn Issa a ouvert ses portes pour soutenir les femmes opprimées, et se lutter contre la mentalité patriarcale qui s’impose aux femmes [13].

À Raqqa, des corps sont encore extraits des fosses communes. Une équipe spéciale liée au Comité de reconstruction de l’Assemblée civile de Raqqa poursuit le travail d’excavation et d’identification des corps de ces civils enterrés par l’EI. Selon Ronahi TV, le 8 mai 750 corps avaient déjà été extraits.

Le 5 mai, dans la ville d’Al-Bab, des manifestants se sont rassemblés en parallèle d’une grève générale contre des groupes soutenus par la Turquie (liés à la division Al-Hamza). En effet, selon des sources locales, ceux-ci sont entrés dans l’hôpital de la ville où ils ont violenté le personnel médical. Pendant la manifestation, des soldats turcs ont ouvert le feu sur la foule [14]. Al-Bab, saisie par l’armée turque et les forces de l’ASL en 2016, est toujours dans un état d’instabilité en raison des arrestations arbitraires, des vols et des attaques contre des biens civils par certains groupes militaires soutenus par la Turquie. Selon « Syria Civil War Map », des affrontements ont éclaté entre Ahrar al-Sharqiya et d’autres rebelles soutenus par la Turquie dans la ville d’Al-Bab le 6 mai, provoquant plusieurs morts et blessés parmi lesquels des civils [15-16].

Les milices soutenues par la Turquie continuent de scissionner. Deux dissidents se sont rendus au Conseil Militaire de Manbij et ont rapporté l’étendue des mauvais traitements et de la torture qu’ils ont subis de la part des services secrets turcs, qui les incitent à se battre contre le régime syrien. En outre, ils ont affirmé que les milices soutenues par la Turquie se financent grâce à la contrebande, au banditisme et aux enlèvements [17].

Le 5 mai, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont marqué une avancée majeure contre Daesh (EI) dans les zones rurales du sud-est du gouvernorat d’Al-Hasakah. Après de violents affrontements avec les forces de l’EI près de la frontière irakienne, les FDS ont réussi à s’emparer d’au moins trois villes (Al-Dahou, Al-Hassou et Hassoun Basha) dans la région de Badiya. Les avions de combat irakiens ont visé les bases de l’EI dans la région d’Al-Dashisha, en Syrie, à la suite d’un ordre du Premier ministre irakien.

Le 6 mai, les forces démocratiques syriennes ont pris la ville de Salhya dans la campagne septentrionale de Deir ez-Zor, après le retrait des forces gouvernementales syriennes.

Turquie, Syrie, Irak

Le 2 mai, une équipe d’experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques est rentrée d’une mission dans la ville syrienne de Douma, où ils ont prélevé des échantillons et interrogé des témoins pour déterminer si des armes interdites avaient été utilisées le mois dernier.

Le 9 mai, le porte-parole du Conseil Militaire de Manbij a déclaré que les forces américaines avaient installé une nouvelle base à Manbij (nord de la Syrie) il y a trois mois, après les menaces turques sur la région [18].

Selon le Stockholm Center for Freedom, 192 journalistes ont été arrêtés, 142 journalistes sont recherchés et 62 journalistes ont été reconnus coupables par le régime d’Erdoğan en Turquie au 8 mai. Le 3 mai, la branche d’Istanbul de l’Association des Droits de l’Homme (İHD) a publié un rapport sur les violations des droits dans le secteur de l’éducation. Le nombre d’enseignants licenciés a atteint 34 000, celui des universitaires 5 882 et de personnels universitaires 1 372, dans le cadre de la répression post-coup d’Etat menée par le gouvernement turc [19]. En raison de ces circonstances, le Département des relations extérieures du HDP a invité des délégations d’observateurs aux élections présidentielles et générales en Turquie le 24 juin de cette année [20]. Selon Jin News, les Êzidîs qui ont été emmenés de force du camp de réfugiés de la province de Diyarbakır au camp de l’AFAD situé dans la province de Mardin ont été constamment l’objet de discours de haine de la part du personnel et des responsables du camp. Ils ne sont autorisés à quitter le camp que deux jours par semaine. Ils ont des difficultés à se faire soigner par un médecin. Il y a peu de médicaments disponibles et dans le camp ils doivent payer pour en obtenir [21]. Le 3 mai marque le début du génocide de Dêrsim : sous le commandement d’Atatürk, 70 000 Kurdes alévis ont été massacrés et plus de 100 000 ont été déportés en 1937-1938. Le 5 mai, de nouvelles arrestations ont eu lieu à Istanbul à la suite de raids de la police : 7 personnes, dont des mères de la paix et un membre du conseil du HDP ont été arrêtées. Les noms des détenues sont : Asiye Kolçak, Fatma Kaya, Canşah Çelik, Ayten Ay, Zeynep Calıhan, Zübeyde Akdağ et D.O. Le président turc R.T. Erdogan a déclaré lors de la réunion avec les membres de son parti qu’il était prêt à se retirer une fois que les gens lui auront dit « assez ». Ses opposants se sont promptement emparés de la question et ont propulsé le mot turc « TAMAM » (OK, assez) ) la première place des tendances mondiales de Twitter [22].

Selon des sources locales, des avions de l’armée turque ont bombardé les environs de Kevot Hill près de la colline Lêlikan de la région de Bradost au Kurdistan du Sud (Etat irakien) le 7 mai. Les élections législatives en Irak auront lieu le 12 mai. Le Premier ministre du gouvernement régional du Kurdistan, Nechirvan Barzani, a fixé la date des prochaines élections pour le parlement de la région du Kurdistan. Elles auront lieu le 30 septembre prochain. Une confrontation armée a eu lieu à la suite d’une attaque lancée par des combattants de l’EI sur les milices chiites d’Hashd al-Shaabi, soutenues par l’Iran, dans les environs des villes de Suleiman Begg et de Jabara en Iraq. Le 8 mai, le groupe de l’Etat islamique a attaqué la base des Asayish dans la ville de Khanaqin à Gulala avec des armes lourdes. Des affrontements ont éclaté lorsque les forces de sécurité ont riposté à l’attaque de l’EI.

Les forces iraniennes ont tué plus de 90 chevaux depuis le début de la grève au Rojhilat (Kurdistan de l’Est/Etat iranien) afin de réprimer les manifestants kurdes. Ces chevaux sont utilisés par les kolbar qui transportent les marchandises à la frontière irano-irakienne.

Solidarité avec Afrin

Le 3 mai, une délégation de femmes allemandes a atteint le nord de la Syrie pour soutenir la résistance à Afrin et la campagne #WomenRiseUpForAfrin lancée par Kongra Star. Le 6 mai, la délégation est arrivée à Shehba, où elle a observé la situation au camp de Berxwedan (Fafine) et rencontré les responsables des organisations des femmes et de santé. Lors d’une conférence de presse le 8 mai, la délégation des femmes allemandes a déclaré: « Nous condamnons la coopération des pays de l’OTAN comme l’Allemagne avec l’Etat turc, nous soutenons la demande des habitants d’Afrin de rentrer chez eux en toute sécurité. En tant que travailleuses de la santé, nous observons des besoins urgents en soins médicaux et en infrastructures durables, en particulier pour les femmes et les enfants à Shehba. Nous exigeons la reconnaissance des personnes déplacées d’Afrin en tant que réfugiés par les institutions internationales comme le HCR. Il est urgent d’arrêter toute fourniture d’armes à l’Etat turc.  » [23]

Le 5 mai, à Düsseldorf (Allemagne), une grande manifestation a eu lieu contre la compagnie d’armement allemande « Rheinmetall » qui produit les chars Leopard utilisés à Afrin. Le 7 mai, une manifestation a eu lieu contre le producteur d’armes Rheinmetall à Berlin. Le slogan des manifestants était « Rheinmetall hors du Rojava! – Pas d’accords avec Erdogan ». A Hambourg (Allemagne), une grande fresque proclamant « la solidarité est une arme » a été dessinée pour les YPJ à Hafenstraße St. Pauli.

À Buenos Aires, une commémoration pour Alina Sanchez (Legerîn Çiya) a eu lieu dans les locaux d’une association de travailleurs [24].

Déclarations et analyses

Lors de la conférence tenue le 3 mai à l’occasion de la Journée de la Liberté de la Presse au Parlement européen, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a déclaré: « Sans un changement immédiat et radical, il n’y a pas de place pour cette Turquie dans notre Union » [25]. Le 9 mai, Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a déclaré: « Il est difficile d’imaginer des élections crédibles dans un environnement où les opinions dissidentes et les contestations du parti au pouvoir sont si sévèrement pénalisées » [26]. Le 5 mai, lors de sa première interview avec les médias internationaux, Selahattin Demirtaş a déclaré :  » Il est impossible de tenir des élections équitables dans un tel environnement  » [27].

Le 6 mai, les cheikhs des clans arabes de la ville de Raqqa ont déclaré que le conseil formé par les forces d’occupation turques à Afrin était illégal, parce que les résidents d’origine ne sont pas à Afrin.

Ils ont également dénoncé les changements démographiques opérés par l’État turc. En outre, le notable du clan Al-Matyaf, Ali Al-Ali, a déclaré: « L’Etat turc est l’Empire ottoman et a occupé la ville d’Afrin parce que c’est un endroit stratégique en Syrie du Nord et qu’il vise à répandre la mentalité terroriste dans toute la Syrie. » [28]

De même, le secrétaire du Parti de Gauche Kurde en Syrie, Mohammed Mousa, dénonce l’occupation turque au Kurdistan du Sud (Etat irakien) et le silence du gouvernement irakien. « Il est honteux de pénétrer les frontières d’un autre Etat sans même que celui-ci ne dénonce cette action. » [29]

L’ambassadrice de bonne volonté de l’ONUDC, Nadia Murad, critique le gouvernement irakien et le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) pour ne pas avoir reconstruit Sinjar. Elle a déclaré: « Les deux gouvernements punissent les yézidis et jouent politiquement avec leurs vies en resreignant l’accès des zones yézidies et en imposant des restrictions sur le travail des ONG qui fournissent des services à Sinjar ». [30]

Le gouvernement irakien a officiellement renouvelé sa demande de départ des troupes turques du sol irakien. Le ministre des Affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari, a également déclaré avoir exprimé son opposition à ce que le sol irakien soit utilisé pour mener des attaques contre des pays voisins [31].

Les tensions entre les Etats-Unis et la Turquie se poursuivent alors que le ministre turc des Affaires étrangères a attaqué les Etats-Unis pour avoir dénoncé la politique turque de changement démographique dans le canton d’Afrin occupé: « Le porte-parole du département d’Etat américain, sous l’influence de la campagne de l’organisation terroriste PYD/YPG et en se référant à des hypothèses non vérifiées, a fait une déclaration malheureuse au sujet de l’opération Rameau d’Olivier « [32]. De même, la Turquie risque de recevoir des sanctions américaines pour le prêtre américain retenu en «otage». Avec une ordonnance du juge conduisant à la remise en détention du pasteur presbytérien, les autorités américaines envisagent des représailles contre ce qu’ils considèrent comme une politique de «diplomatie des otages» menée par le président turc Erdogan [33]. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que la Turquie lancerait des offensives transfrontalières en Syrie après des élections anticipées le 24 juin [35], parce que le projet expansionniste ottoman est une partie importante de la propagande électorale d’Erdogan.

Les tensions américano-turques reflètent la confrontation stratégique entre la Russie et les États- Unis sur la Syrie [36]. La décision américaine de se retirer de l’accord nucléaire avec l’Iran pourrait déstabiliser davantage la situation. Cette décision a été prise sous l’influence d’Israël, afin d’affaiblir l’Iran. Les contradictions entre les différentes puissances régionales et mondiales augmentent au Moyen-Orient et la Syrie pourrait être le théâtre principal d’une nouvelle phase du conflit [37].

Sources et références

[1] Dossier : http://icafrinresist.com/wp-content/uploads/2018/04/Turkifacation.pdf
[2] http://jinnews1.xyz/en/ALL-NEWS/content/view/82948
[3] http://www.hawarnews.com/en/haber/continuation-of-kidnapping-torture-murder-in-afrin-h1298.html [4] http://ypj-office.com/archives/8056
[5] http://www.hawarnews.com/en/haber/mercenaries-turned-school-into-prison-h1280.html
[6] https://www.youtube.com/watch?v=YY8IhB4SIAA&feature=youtu.be
[7] https://twitter.com/Elizrael/status/993268561010397184
[8] http://www.ypgrojava.org/Anyone-in-cooperation-with-the-invasion-forces-is-our-target
[9] https://www.youtube.com/watch?v=EQOLb52o6tk
[10] http://www.welat.fm/en/a-women-lost-her-life-because-the-lack-of-medical-care-in-afrin-and-the- absence-of-role-the-international-organization/
[11] https://www.ypgrojava.org/Di-Oxira-Parastina-Gel%C3%AA-Xwe-De-Can%C3%AA-Xwe-Feda-Kir/ [12] http://english.ajansfirat.com/anf-news-rojava/mine-explosion-in-shehba-injures-a-minor-from-afrin/ [13] http://sdf-press.com/en/2018/05/women-s-house-massive-efforts-in-ain-issa-camp/
[14] https://twitter.com/ICafrinresist/status/992852011132571648
[15] https://twitter.com/CivilWarMap/status/993132165163638784
[16] http://www.hawarnews.com/en/haber/7-civilians-killed-56-wounded-in-al-bab-h1269.html
[17] http://www.hawarnews.com/en/haber/new-dissidents-reveal-some-violations-of-turkish-intelligence-its- gangs-h1227.html
[18] https://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-sdf/u-s-set-up-base-in-syrias-manbij-after- turkish-threats-sdf-official-idUSKBN1IA1H4
[19] https://stockholmcf.org/over-41000-education-staff-dismissed-since-2016-coup-attempt-in-turkey/

[22] http://theregion.org/article/13406-i-039-ll-step-aside-when-turkey-says-039-enough-039-says-erdogan- twitter-responds
[23] https://twitter.com/ICafrinresist/status/993753018142285824

[26] http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=23052&LangID=
[27] https://www.reuters.com/article/us-turkey-election-hdp/jailed-former-head-of-turkeys-pro-kurdish- opposition-says-fair-election-impossible-idUSKBN1I60D4
[28] http://www.hawarnews.com/en/haber/arabic-s-calns-shiekhs-reject-demographic-change-turkishs- councils-are-illegimate-h1187.html
[29] https://twitter.com/ICafrinresist/status/993112864524300288
[30] http://nrttv.com/en/News.aspx?id=69&MapID=2
[31] https://twitter.com/ICafrinresist/status/993051474715447296
[32] http://www.kurdistan24.net/en/news/c86d092f-8c18-45fa-a795-e55407fbbba9
[33] https://www.bloomberg.com/amp/news/articles/2018-05-09/turkey-risks-u-s-sanctions-over-hostage- american-priest
[34] http://thehill.com/policy/defense/386266-house-defense-bill-would-stop-weapons-sales-to-turkey- pending-report
[35] https://twitter.com/AFP/status/993150897801826309
[36] https://www.youtube.com/watch?v=krKJLb4Wzdw&feature=youtu.be
[37] https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-05-10/iran-s-door-to-the-west-is-slamming-shut-and- that-leaves-china

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here