Aujourd’hui est le 36ème jour de l’occupation de l’Etat turc à Afrin. Afrin est attaquée avec les outils de guerre les plus sophistiqués de notre ère. Avec des attaques constantes depuis l’air et par la terre, presque tous les villages d’Afrin ont été détruits. Lors de la première attaque, au total 72 avions ont bombardés Afrin. Les jours suivants, ils ont attaqué au sol avec des obusiers, des chars et des balles. Ensuite, le groupe El Nusra constitué de soldats et d’autres gangs simillaires ont voulu totalement entourer Afrin et l’envahir.

Afrin est brûlée et détruite au même titre que les enfants qui y vivent…

En écrivant ces lignes, Afrin est bombardée de manière très intensive par des avions F-16 appartenant à l’Etat turc. Les coups de balles continuent de frapper. Pendant ce temps, des centaines d’enfants, de femmes et de personnes âgées ont été tués. Il n’est pas nécessaire d’expliquer chaque détail de ce massacre de civils. Parce que ce massacre a été prouvé avec des documents non par les Kurdes, mais par les membres de la presse européenne. Presque tous les jours, des dizaines de photos et d’images se répandent dans le monde entier.

Personne n’avoue le massacre qu’il a commis…

Nous savons que l’Etat turc a refusé et a nié ce massacre civil et a même menti en regardant droit dans les yeux du monde entier. Eh bien, qui accepterait le massacre civil qu’il commet? Même Hitler n’a pas reconnu la mort de plus de 5 millions de Juifs qu’il a brutalement massacrés. De la même manière, en Espagne, Franco n’avait pas recoonnu les massacres de civils qu’il avait commis. En Italie, Mussolini aussi avait proclamé son innocence. Neron a également clamé qu’il avait brulé Rome pour le bien artistique et humanitaire. Saddam Hussein, le dictateur le plus sanglant de notre histoire récente, alors qu’il avait massacré cinq mille Kurdes à Halabja en l’espace de quelques heures, avait annoncé qu’ils étaient des terroristes et méritaient ainsi de mourir. En résumé, le président de la Turquie, Erdogan, et ses ministres qui prennent place dans son cabinet ont sans cesse insisté sur le fait que les personnes tuées à Afrin sont des terroristes. Les centaines de personnes tuées, dont le bilan est diffusé tous les jours sur les écrans de télévision, sont déclarées terroristes par Erdoğan. Presque chaque heure, le monde regarde, comme s’il regardait un jeu, des enfants et des civils qui se font tués. Celui qui tue est le Turc, la victime est le Kurde.

ALS est en réalité Al Nusra et Daesh Le groupe ALS que l’Etat turc utilise pour massacrer les Kurdes est totalement composé d’une meute de meurtriers. Ils se sont organisés sous différents noms tels que : le front de Sham, l’opération Nureddin Zengi, la troupe de mujâhid, la brigade des faucons du mont Cebel, la division du Sultan Murad, les brigades de Hamza, Ahrar Ahrar El Sham, Ceysh’ul İslam… mais nous savons qu’en réalité ils prennent place dans des groupes comme Al Nusra et Daesh, qui, de temps en temps, sont nommés différemment par la Turquie et qu’ils sont présentés comme un groupe rival sous le nom de ALS. Pas seulement les Kurdes, mais le monde entier sait, qu’en ce moment, les gangs alliés à l’armée turque qui bombardent les Kurdes, à Afrin, sont tous des membres des groupes terroristes Al Nusra et Daesh. Ces personnes ont fuit Kobanê, Raqqa, Alep et ont été formées, durant des mois voir des années par la Turquie, dans des villes telles Ankara, Kilis, Hatay, Urfa, Antep, Konya et actuellement, ces terroristes, qui massacrent les Kurdes à Afrîn, sont aussi les alliés de ceux qui ont commis des attentats en France, en Allemagne, en Suisse et en Suède.

Emmanuel Macron, Donald Trump, Angela Merkel, David Lidington, Mark Rutte, Charles Michel savent très bien qui sont ces terroristes qui ont été réunis et armés par la Turquie sous le nom de ALS et qui ont été envoyés à Afrin. Ces dirigeants savent très bien que le président de la république turque ment. Les membres du groupe nommé ‘ALS’ ne sont pas des opposants, mais ils proviennent tous de différents pays, leurs idées et leurs structures spirituelles ont été changées avec l’idéologie Islamique et qu’ils sont des militants islamiques utilisés pour massacrer les Kurdes. Ils ne sont pas seulement un danger pour les Kurdes, mais aussi pour le monde entier…

L’Etat turc remplace Daesh…

Oui, Daesh a été défait par les Kurdes et les forces de la coalition internationale. Lorsque Daesh a été vaincu, l’Etat turc a également été vaincu. Parce que Daesh est une force qui lutte contre le Kurdistan, l’Irak, la Syrie et la coalition internationale au nom de l’Etat turc et d’Erdogan. Si Daesh n’avait pas été vaincu, l’Etat turc et Erdogan domineraient tout le Moyen-Orient. Dans ce cas, aucun État européen, ni les États-Unis, n’auraient pu être présent au Moyen-Orient. Le plus important est qu’Erdogan et l’Etat turc envisagaient de venir en Europe par le biais de Daesh pour verser du sang. Pour prendre la revanche des « Croisades », Erdogan souhaitait, avec le groupe terroriste Daesh, verser du sang en Europe. Avant la défaite de Daesh, Erdogan disait: « Autrefois, on combattait sur trois continents. Sans aucun doute ces jours là reviendront. Ce n’est pas encore fini, nous n’avons toujours pas pris notre revanche des « Croisades ». Un jour viendra, nous le rappelerons à l’Europe… ». Les paroles d’Erdoğan ne sont pas aléatoires, elles prouvent qu’il envisage d’attaquer l’Europe par l’intermédiaire de Daesh. C’est pourquoi, les États-Unis, conscient de cette vérité, étaient en conflit permanent avec Erdogan. C’est la raison pour laquelle, ils mettaient constamment à l’ordre du jour la menace de changement d’axe de la Turquie. Les attentats réalisés par Daesh sur le territoire français n’ont pas été réalisés indépendamment d’Erdogan. Erdogan était aussi informé des attentats à la voiture piégée réalisés en Allemagne, en Suisse et en Suède. Les attentats en Angleterre n’étaient pas non plus réalisés indépendamment de la Turquie. Ce n’est pas un hasard qu’après chaque discours de menace d’Erdoğan des bombes aient explosés dans ces capitales.

Erdogan veut créer un Etat opposé à Afrin Malgré tout, Erdogan et Daesh n’ont pas échappé à la défaite. Par contre, cette fois, le gouvernement turc et Erdogan sont entrés directement en guerre. Car il n’a ni pu anéhantir les Kurdes, ni convaincre l’Europe et les USA. De par cette situation, elle a directement attaqué les Kurdes du Nord de la Syrie. C’est de cette façon que l’occupation d’Afrin a débuté. Le but de cette invasion est de créer une opposition Turc-Daesh ou un État d’opposition sur les territoires kurdes afin de pouvoir intervenir au Moyen-Orient. Si l’Etat turc réussit à réaliser cela, le monde entier perdra. Et en premier les USA et l’Europe. L’Etat Turc et Erdogan sèmeront la terreur et intimideront tout le monde par le biais de la crise et du chaos. Ils constitueront un État encore plus gâté et sanglant que l’Iran et Israël et seront le troisième État du Moyen-Orient à semer la terreur. Les Kurdes empêchent cela. Si l’équilibre à Afrin vient à changer, le problème atteindra un niveau encore plus critique.

Ce serait judicieux de mettre, à ce sujet, l’accent sur l’approche de la Russie et des USA. Le problème n’est pas le délaissement des Kurdes, à Afrin, par le monde, alors qu’ils ont combattu pour l’humanité. Le problème est d’ordre éthique. Nous savons que les États internationaux n’ont pas de religion. C’est pour cette raison qu’au lieu de dire « la Russie et les USA ont vendu les Kurdes », il serait plus juste de définir que ces deux États, qui ont pris place aux côtés des Kurdes, dans la lutte contre Daesh, pour leurs propres intérêts nationaux, « suivent une politique qui n’est pas éthique » vis-à-vis des Kurdes. La Russie a donné l’autorisation à la Turquie d’occuper Afrin afin que la Turquie change d’axe et qu’elle soit éloignée des États-Unis. Quand à eux, pour ne pas laisser la Turquie à la Russie, ils préfèrent rester silencieux face à l’occupation d’Afrin. L’Allemagne, la France et l’Italie ont pris leur place, dans l’histoire, d’États ayant fermé les yeux face aux crimes commis par l’Etat turc, à Afrin, en échange de la vente d’armes et de différentes adjudications. Ainsi, tout comme les trois approches ne sont pas éthiques, en soutenant le massacre, il se reproduit une fois de plus une politique de grand péché.

Par conséquence, les Kurdes, comme tous les peuples, ont le droit de vivre sur leur propre terre en tant que peuple. Si chaque nation a un statut, les Kurdes aussi en auront. La lutte des Kurdes se fait dans ce sens. C’est aussi à la base du système des Kurdes au Nord de la Syrie. Cependant, la Turquie, l’Iran, la Syrie et l’Irak empêchent cela depuis le traité de Lausanne jusqu’à nos jours et considèrent les Kurdes comme des ennemis. En Turquie, cette politique est beaucoup plus prononcée. Elle se voit comme le propriétaire du Moyen-Orient et suit sa politique de répression violente pour la moindre réclamation des Kurdes. Afrin en est l’exemple le plus concret. Mais, nous voyons que l’Europe et les Etats-Unis ont longtemps joué un rôle dans cette politique sanglante et violente de l’Etat turc. En disant « Nous sommes partenaires, il est membre de l’OTAN », ils ferment les yeux sur toutes les pressions et pratiques inhumaines. Nous savons tous que le problème kurde n’est plus seulement un problème de la Turquie et du Moyen-Orient. C’est aussi le problème de l’Europe et des États-Unis. Pour cette raison, une nouvelle ligne de politique a été développée pour résoudre ce problème. L’Europe et les États-Unis peuvent jouer un rôle à cet égard. Parce que si cela ne se résoud pas, le chaos et la violence continueront à être présent en Turquie et au Moyen-Orient. La guerre et le chaos n’arrangent ni l’Europe ni les États-Unis. La France et l’Allemagne peuvent aussi tenir une position sérieuse. Dans l’étape à venir, les Kurdes n’abandonneront en aucun cas leur liberté ni le statut qu’ils ont gagné. Ainsi, le seul moyen est de résoudre le problème kurde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here